Le Film du jour n°120 : Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour !

Publié le par lefilmdujour

Le Film du jour n°120 : Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour !
Titre original : The Reluctant Debutante
Un film américain de Vincente MINNELLI (1958) avec Rex Harrison, Kay Kendall, John Saxon, Sandra Dee, Angela Lansbury...
Film quelque peu oublié de Vincente Minnelli, l'homme qui porta la comédie musicale à son point de perfection, Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour ! se situe chronologiquement entre Gigi (1958), chef-d'oeuvre tiré du roman de Colette avec Leslie Caron, Louis Jourdan et l'inénarrable Maurice Chevalier, et Comme un torrent (1958), drame d'une densité exceptionnelle avec Frank Sinatra, Dean Martin et Shirley MacLaine.
Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour ! fait partie de la veine comique de la filmographie de Vincente Minnelli, veine qu'on a tendance à occulter au regard de ses comédies musicales, dignes, elles, de tous les éloges comme Le chant du Missouri (1944), Le pirate (1948) - deux films tournés avec Judy Garland, son épouse de l'époque -, Un Américain à Paris (1951) avec Gene Kelly et Leslie Caron, Tous en scène (1953) avec Fred Astaire et Cyd Charisse, ou Brigadoon (1954) avec Gene Kelly et Cyd Charisse.
Le Film du jour n°120 : Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour !

Kay Kendall, Angela Lansbury et Rex Harrison dans Qu'est-ce que maman comprend à l'amour ! (image : www.toutlecine.com)

Dans ses comédies non musicales, Vincente Minnelli traite en général des différents aspects de la vie familiale et de la lutte entre les sexes. Entrent dans cette catégorie Le père de la mariée (1950) avec Spencer Tracy et une toute jeune Elizabeth Taylor, Allons donc Papa ! (1951), suite du film précédent, La roulotte du plaisir (1953) avec la pétulante Lucille Ball, La femme modèle (1957), jeu du chat et de la souris entre Gregory Peck et Lauren Bacall, Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour ! et Il faut marier Papa (1963), histoire d'un jeune garçon (Ron Howard, futur réalisateur de Cocoon, de Backdraft, d'Apollo 13 et de cette purge qu'est le Da Vinci Code) lancé à la recherche d'une épouse pour son père devenu veuf (Glenn Ford).
Le Film du jour n°120 : Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour !

Rex Harrison et Sandra Dee dans Qu'est-ce que maman comprend à l'amour ! (image : www.toutlecine.com)

Qu'est-ce que maman comprend à l'amour !, l'histoire : Jane (Sandra Dee, petite peste blonde dont le titre de gloire fut de jouer la fille de Lana Turner dans Mirage de la vie de Douglas Sirk en 1959) est la fille de la première femme de Jimmy Broadbent (Rex Harrison), désormais marié à Sheila (Kay Kendall). Jane rencontre un garçon à la mauvaise réputation, David (John Saxon, qu'on verra ensuite chez Mario Bava, dans Opération Dragon avec Bruce Lee, chez Cronenberg, Dario Argento ainsi que dans Freddy, les griffes de la nuit !!!). Mais David part pour l'Italie et les Broadbent vont de soirées en réceptions pour changer les idées de leur fifille déprimée. Apprenant que le duc de Positano est un beau parti et un cœur à prendre, Jimmy fait inviter Jane à son bal. Oui, mais voilà, le duc et David ne font qu'un ! Elle est pas belle, la vie ?
Le Film du jour n°120 : Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour !

Kay Kendall

Sheila Broadbent, la belle-mère de Jane, est interprétée par Kay Kendall, une actrice britannique qui fut l'épouse dans la vraie vie de... Rex Harrison (1908-1990), son conjoint dans Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour ! et acteur inoubliable en fantôme dans L'aventure de Madame Muir (Mankiewicz, 1947), en César dans Cléopâtre (Mankiewicz, 1963), en pygmalion d'Audrey Hepburn dans My Fair Lady (Cukor, 1963) et en Docteur Dolittle dans L'extravagant Docteur Dolittle (Fleischer, 1967).
Les deux tourtereaux s'étaient rencontrés sur le tournage d'Un mari presque fidèle de Sidney Gilliat en 1955. Piquante rousse à la silhouette fine et élégante, et dotée d'un mémorable nez retroussé, Kay Kendall n'a toutefois guère eu le temps de bâtir une carrière qui s'annonçait brillante. Elle fut emportée par une leucémie en 1959 à l'âge de 33 ans seulement...
Le Film du jour n°120 : Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour !

Kay Kendall et Gene Kelly dans Les girls (Cukor, 1957) (image : www.toutlecine.com)

Née Justine Kay Kendall-McCarthy en Angleterre en 1926, Kay Kendall était prédestinée à une carrière d'artiste, flanquée qu'elle était d'une grand-mère vedette de variétés et de parents danseurs professionnels. Elle débute donc comme danseuse de "chorus line" au London Palladium à 12 ans et monte un numéro de music-hall avec sa sœur Kim, numéro qui l'emmène dans de longues tournées à travers l'Angleterre.
Kay Kendall fait ses premiers pas à l'écran en 1944 (dans Champagne Charlie d'Alberto Cavalcanti notamment) et côtoie dès 1945 le gratin des acteurs britanniques (Vivien Leigh, Stewart Granger, Flora Robson, etc.) dans César et Cléopâtre de Gabriel Pascal. Ce n'est toutefois qu'avec Geneviève (Cornelius, 1953), classique de la comédie britannique, qu'elle devient une vedette outre-Manche et séduit par sa verve et son abattage.
Le Film du jour n°120 : Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour !

Kay Kendall et Robert Taylor dans Les aventures de Quentin Durward (Thorpe, 1955) (image : www.toutlecine.com)

En 1955, Kay Kendall est la partenaire de Robert Taylor dans Quentin Durward, film de l'américain Richard Thorpe inspiré de l’œuvre de Walter Scott. Mais son rôle le plus célèbre, elle le tient dans la comédie musicale Les Girls (Cukor, 1957) avec Gene Kelly. Elle y déploie aussi ses dons de danseuse et de chanteuse. Sur le mode comique, Les girls narre les rebondissements d'un procès opposant trois danseuses, une Anglaise (Kay Kendall), une Américaine (Mitzi Gaynor) et une Française (Taina Elg), qui avaient travaillé ensemble dans le passé pour le même chorégraphe (Gene Kelly). Évidemment, chacune a sa version des faits... Les numéros musicaux, dont une parodie hilarante de L'équipée sauvage (Benedek, 1954, avec Marlon Brando), sont excellents.
Le Film du jour n°120 : Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour !

Kay Kendall, Rex Harrison (mariés à l'écran et à la ville), John Saxon et Sandra Dee sur le tournage de Qu'est-ce que maman comprend à l'amour ! (image : www.acertaincinema.com)

Après Qu'est-ce que Maman comprend à l'amour !, Kay Kendall ne tournera qu'un seul autre film, Chérie, recommençons ! (Donen, 1959) avec Yul Brynner. Avant de filer le parfait amour avec Rex Harrison, Kay Kendall avait eu une liaison romantique avec l'acteur Sydney Chaplin, l'un des fils de Charles Chaplin (déjà évoqué dans ces colonnes, voir Autour de lui, que des cadavres !, Poussez pas grand-père dans les cactus et Le jour se lève et les conneries commencent).
Avant d'épouser Kay Kendall, Rex Harrison, de son côté, avait été marié à l'actrice Lilli Palmer, vue chez Hitchcock (Quatre de l'espionnage, 1936), Fritz Lang (Cape et poignard, 1946) et Jacques Becker (Montparnasse 19, 1958) ainsi qu'aux côtés de Romy Schneider dans Jeunes filles en uniformes (Radvanyi, 1958) et de Jean Gabin dans Le tonnerre de Dieu (La Patellière, 1965).

Publié dans Titres rigolos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article