Louis Jourdan (1921-2015)

Publié le par lefilmdujour

Louis Jourdan (1921-2015)
L'acteur français Louis Jourdan qui a partagé son temps entre Paris (La mariée est trop belle, Le comte de Monte-Cristo…) et Hollywood (Madame Bovary, Gigi…) est décédé le 14 février 2015 à l'âge de 93 ans.
De son vrai nom Louis Gendre, Louis Jourdan avait été repéré par le réalisateur Marc Allégret qui lui confie son premier rôle dans Le corsaire (1939), un film qui ne vit jamais le jour, le tournage ayant été interrompu à cause de l’entrée en guerre de la France. Pendant l’Occupation, Louis Jourdan gagne la zone sud et joue dans une dizaine de films dont La comédie du bonheur (L’Herbier, 1940), L’Arlésienne (M. Allégret, 1941), Premier rendez-vous (Decoin, 1941), où on le découvre en jeune premier amoureux d’une orpheline de l’Assistance publique (Danielle Darrieux), Félicie Nanteuil (M. Allégret, 1942), où il est l’amant de Micheline Presle, La vie de bohème (L’Herbier, 1943) ou Les petites du quai aux fleurs (M. Allégret, 1943).
Louis Jourdan (1921-2015)

Alida Valli et Louis Jourdan dans Le procès Paradine (1947) (Photo by Henry Gris/FPG/Getty Images)

Après l’arrestation de son père par la Gestapo, Louis Jourdan s’engage dans la Résistance. Il ne reviendra devant une caméra qu’en 1947 à Hollywood sur invitation du producteur David O. Selznick. On le retrouve en valet de chambre amoureux d’Alida Valli dans Le procès Paradine (1947) d’Alfred Hitchcock.
Le succès aidant, Louis Jourdan, en French Lover de service (un emploi occupé plus tôt à Hollywood par Maurice Chevalier ou Charles Boyer), va alors enchaîner les films de prestige avec de grands réalisateurs et souvent auprès d’interprètes féminines de haute volée.
Louis Jourdan (1921-2015)

Leslie Caron et Louis Jourdan dans Gigi (1958) (image : USA Today)

Il est le pianiste virtuose dont est amoureuse Joan Fontaine dans le très élégant Lettre d’une inconnue (1948) de Max Ophüls (d’après Stefan Zweig), devient l’amant de Madame Bovary (Jennifer Jones) dans le film éponyme réalisé par Vincente Minnelli en 1949, s’oppose à La flibustière des Antilles (1951) (jouée par Jean Peters) dans le long métrage de Jacques Tourneur, fait craquer la princesse (Grace Kelly) dans Le cygne (Walters, 1955), terrorise Doris Day dans Le diabolique M. Benton (Stone, 1956), fait l’éducation sentimentale de Leslie Caron en chantant (très bien) dans la comédie musicale Gigi (1958) de Vincente Minnelli.
Louis Jourdan (1921-2015)
Son succès outre-Atlantique n’empêche nullement Louis Jourdan de jouer également sur les plateaux européens tout au long des années 1950 et 1960. Dans Rue de l’estrapade (1952), Jacques Becker lui confie le rôle du mari d’Anne Vernon. Dans La mariée est trop belle (Gaspard-Huit, 1956), il est l’amant (à nouveau) de Micheline Presle et celui de Brigitte Bardot qui trouve Louis Jourdan « trop froid, trop raide, trop indifférent ». En 1961, il est Edmond Dantès dans la version populaire du Comte de Monte-Cristo réalisée par Claude Autant-Lara, puis Mathias Sandorf dans l’adaptation cinématographique du roman de Jules Verne par Georges Lampin (1962) et le cardinal Acquaviva dans Les aventures extraordinaires de Cervantes (1966) de Vincent Sherman.
Louis Jourdan (1921-2015)

Louis Jourdan dans Octopussy (1983) (image : www.toutlecine.com)

Tournant beaucoup à la télévision américaine à partir de la fin des années 1960, ce n’est qu’au début des années 1980 que Louis Jourdan marquera à nouveau le grand écran, d’abord dans le rôle du vilain docteur Arcane dans La créature du marais (1981) de Wes Craven (un rôle qu’il reprendra dans la suite intitulée La créature du lagon : le retour, Wynorski, 1989), puis dans celui du méchant prince afghan face à James Bond/Roger Moore dans Octopussy (Glen, 1983).
Louis Jourdan avait mis fin à sa carrière d’acteur en 1992. Son épouse, avec qui il s’était marié en 1946, s’était éteinte l’année dernière. Son seul fils avait succombé d'une overdose en 1981 à l’âge de 29 ans.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article