Moshe Mizrahi (1931-2018)

Publié le par lefilmdujour

Surtout connu pour avoir signé La Vie devant soi (1977), Oscar du meilleur film étranger et adaptation du roman de Romain Gary (alias Émile Ajar) avec Simone Signoret qui décrocha le César de la meilleure actrice pour le rôle de Madame Rosa, le réalisateur israélien Moshe Mizrahi est décédé le 3 août 2018 à l’âge de 86 ans.

Moshe Mizrahi avait déjà vu deux de ses premiers longs métrages nommés à l’Oscar du meilleur film étranger avec Rosa je t’aime (1972) et La Maison de la rue Chelouche (1972), tournés avec celle qui deviendra son épouse, l’actrice Michal Bat-Adam.

Moshe Mizrahi s’était installé en France au début des années 1950 et avait signé ses premiers longs métrages à la fin des années 1960 (Le Client de la morte-saison, 1969 ; Les Stances à Sophie, 1970, avec Bernadette Lafont et Michel Duchaussoy). Son cinquième film, Les Filles à papa (1973), avait marqué l’entrée officielle du cinéma israélien au festival de Cannes.

Après le succès de La Vie devant soi, Moshe Mizrahi avait travaillé à nouveau avec Simone Signoret pour Chère inconnue (1979) avec aussi Jean Rochefort et Delphine Seyrig. On doit également au réalisateur La Vie continue (1981) avec Annie Girardot et Jean-Pierre Cassel, Une jeunesse (1982), adaptation du roman du même nom de Patrick Modiano avec Jacques Dutronc, Michael Lonsdale et Charles Aznavour, et Mangeclous (1988), adaptation de l’œuvre d’Albert Cohen avec Pierre Richard, Bernard Blier et Jacques Villeret.

Dans Every Time We Say Goodbye (1986), sorti directement en vidéo en France, Moshe Mizrahi avait fait tourner Tom Hanks qui y incarne un pilote américain engagé dans la RAF lors de la Seconde Guerre mondiale et blessé et envoyé en convalescence en Palestine britannique.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article