Les décès de juillet 2013

Publié le par lefilmdujour

Les décès de juillet 2013
Outre la comédienne française Bernadette Lafont, l’actrice américaine Eileen Brennan et l’acteur et réalisateur français Michel Lemoine, le mois de juillet 2013 - mois pendant lequel le Film du jour s'est mis en vacance, a également été marqué par les disparitions de :
Les décès de juillet 2013
- Sébastien Grall, scénariste et réalisateur français, décédé le 11 juillet 2013 à l’âge de 59 ans. Auteur de grandes sagas diffusées à la télévision comme "Un été de canicule" ou "Clara une passion française", Sébastien Grall avait signé trois longs métrages pour le cinéma : La femme secrète (1986) avec Jane Birkin et Christophe Malavoy, Un père et passe (1989) avec Eddy Mitchell et Guy Marchand, et Les Milles - le train de la liberté (1995) avec Jean-Pierre Marielle. Sébastien Grall avait été l’époux de Frédérique Noiret, la fille de Philippe Noiret et de Monique Chaumette. Il était le père de la comédienne Déborah Grall.
Les décès de juillet 2013
- Jacques Ramade, chansonnier et comédien français, décédé le 16 juillet 2013 à l’âge de 84 ans. A la voix fluette caractéristique et reconnaissable entre toutes, Jacques Ramade était un complice de Laurent Ruquier depuis le début des années 1990. Au cinéma, on l’a aperçu dans une vingtaine de longs métrages entre 1962 (La belle vie, de Robert Enrico) et 1990 (On peut toujours rêver, de Pierre Richard). Jacques Ramade a notamment joué sous la direction d’Yves Robert (Clérambard, 1969), Claude Berri (Le cinéma de papa, 1970), Michel Audiard (Bons baisers à lundi, 1974), Yves Boisset (Dupont-Lajoie, 1974) et Georges Lautner (Le guignolo, 1979).
- Mel Smith, acteur, scénariste, réalisateur et producteur britannique, décédé le 19 juillet à l’âge de 60 ans. Il a signé cinq longs métrages pour le cinéma dont The Tall Guy (1988) avec Jeff Goldblum et Emma Thompson, Bean (1990) avec, bien évidemment, Rowan Atkinson, et la comédie policière Rouge à lèvres et arme à feu (2001).
Les décès de juillet 2013
- Denys de la Patellière, réalisateur français, décédé le 21 juillet 2013 à l’âge de 92 ans. Réalisateur du célébrissime Un taxi pour Tobrouk (1960), auteur de grands succès populaires dans les années 1950 et 1960 et, à ce titre, vilipendé par la Nouvelle Vague, Denys de la Patellière est surtout réputé pour sa direction d’acteurs.
Il a dirigé Pierre Fresnay (Les aristocrates, 1955, son premier film ; Les œufs de l’autruche, 1957), Danielle Darrieux (Le salaire du péché, 1956 ; Les yeux de l’amour, 1959) Michèle Morgan (Retour de manivelle, 1957), Françoise Arnoul (Thérèse Etienne, 1958), Jean Gabin (Les grandes familles, 1958 ; Rue des Prairies, 1959 ; Le tonnerre de Dieu, 1965 ; Du rififi à Paname, 1965 ; Le tatoué, 1968 ; Le tueur, 1971), Lino Ventura (Un taxi pour Tobrouk, 1960 ; Le bateau d’Émile, 1961), Charles Aznavour et Arletty (Tempo di Roma, 1962), Anthony Quinn, Omar Sharif et Orson Welles (La fabuleuse aventure de Marco Polo, 1963) et Fernandel (Le voyage du père, 1966).
Après Prêtres interdits (1973) avec Robert Hossein, Denys de la Patellière s’était tourné vers la télévision et y avait tourné une excellente adaptation du Comte de Monte-Cristo avec Jacques Weber. Denys de la Patellière était le père du scénariste et réalisateur Alexandre de la Patellière qui a cosigné Le prénom (2011), gros succès de l’année 2012 avec Patrick Bruel, Charles Berling, Guillaume de Tonguédec (César 2013 du meilleur acteur dans un second rôle) et Valérie Benguigui (César 2013 de la meilleure actrice dans un second rôle).
Les décès de juillet 2013
- Dennis Farina, acteur américain, décédé le 22 juillet 2013 d’une embolie pulmonaire à l’âge de 69 ans. Né de parents italo-américains et ancien policier, Dennis Farina avait entamé une carrière cinématographique à 37 ans en jouant dans Le solitaire (1980) de Michael Mann, réalisateur qu’il retrouvera dans Le sixième sens (1986), première apparition sur grand écran de Hannibal Lecter. Beaucoup de télévision par la suite (le détective Joe Fontana dans « New York : police judiciaire » entre 2004 et 2006 notamment), mais, au cinéma, on se souviendra de l’acteur en parrain mafieux dans Midnight Run (1988) de Martin Brest, en père protecteur de Jennifer Lopez dans Hors d’atteinte (1998), en mafieux new-yorkais dans Snatch, tu braques ou tu raques (2000) de Guy Ritchie. Dennis Farina a aussi côtoyé Bruce Willis dans Piège en eaux troubles (Herrington, 1993), John Travolta dans Get Shorty (Sonnenfeld, 1995) et Ben Affleck dans Piège fatal (Frankenheimer, 1999).

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article