Ciné glouglou n°23 : Des serpents à bord

Publié le par lefilmdujour

Ciné glouglou n°23 : Des serpents à bord
Fred Olen Ray, 2009
Des serpents à bord est une œuvre qui donne une idée assez exacte de l'enfer selon les cinéphiles. Imaginez-vous vous réveiller un beau matin et ne plus avoir à visionner et chroniquer que des films de cette « qualité ». Le genre de métrage dont on ne se souvient pas de la fin le lendemain et dont on oublie même le début avant qu'il ne se termine. Cela fait froid dans le dos quand même. Mais les films de sous-marins se faisant rares, la rubrique Ciné glouglou prend ce qu'elle trouve. Alors, allons-y en service commandé.
Le pitch : un sous-marin est chargé d'évacuer d'une île lointaine une équipe de scientifiques étudiant les effets de la radioactivité sur la mutation des serpents. Et devinez quoi ? Une fois sous l'eau, y a un imbécile qui va regarder ce qu'il y a dans la malle hermétique.
Commençons par le casting de rêve : Luke Perry, le gendre idéal de « Beverly Hills », Krista Allen, l'inoubliable héroïne de Destination finale 4, enfin, n'en jetez plus, le grand Tom Berenger, gage, comme chacun sait, de grande classe et de qualité cinématographique. Si le « sniper » est de la partie, c'est que la sauce va être relevée !
Le problème, c'est qu'une question taraude le spectateur à la fin du film : mais où est-il, Tom Berenger ? On a beau se creuser la cervelle, il ne nous reste nul souvenir de son regard de cocker triste et méchant. Voilà bien un mystère, se dit-on. Alors on cherche. Et on trouve.
Le « sniper » joue effectivement... deux minutes au début du film. C'est l'amiral aux cheveux blanc et à lunette, ventripotent et avec bajoues, qui donne son ordre de mission à Luke Perry.
Mine de rien, l'immense acteur nous fait sa mue vers le troisième âge. Des serpents à bord est à Tom Berenger ce qu'est Le parrain à Marlon Brando ou L'affaire Dominici à Jean Gabin. Bref, un rôle crucial pour un film qui ne l'est pas moins.
Fab Free

Publié dans Ciné glouglou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article