Lenny Barre se marre : Dossier 1413

Publié le par lefilmdujour

Lenny Barre se marre : Dossier 1413
Alfred Rode, 1962
1413, tel est le numéro du dossier que la PJ a ouvert suite à la découverte du cadavre d’une pauvre fille assassinée dans le bois de Meudon. La police enquête mais, malheureusement, Dossier 1413 s’embourbe rapidement dans une intrigue cousue de gros fils blancs où s'entremêlent cabaret louche, ballets roses, parties fines dans la haute bourgeoisie parisienne, trafics de clandestins, espionnage industriel, j’en passe et des meilleurs… On renonce rapidement à comprendre le fin mot de l'histoire pour concentrer son attention sur les fesses et les nibards, mais, là encore, le spectateur n’est pas à la fête. L’héroïne du film est jouée par Claudine Dupuis, une starlette de l’époque visiblement au bout du rouleau.
Si on a le béguin pour les poupées au teint défraîchi, lestées de dix kilos superflus, souples comme des bûches et agrémentées d’une tronche de péripatéticienne blasée, on sera servi ! Le réalisateur, le mari de la dame dans la vraie vie, n’est apparemment pas dupe et se limite, quand elle apparaît en petite tenue, à lui filmer le haut des genoux et les mollets. Bref, tout ça, c’est bien tristounet.
Seuls plaisirs du film : reconnaître dans des rôles fugitifs (et entre deux apnées du sommeil) les excellents Pierre Larquey, Jean Tissier, Dora Doll et Dominique Zardi. On appréciera aussi une apparition d’un Johnny Halliday quasi adolescent (dans son propre rôle, il nous entonne un petit rock des familles) ainsi que la danse suggestive de la diabolique Rita Cadillac, transfuge du Crazy Horse Saloon. Mais, là encore, le spectateur n’a que ses yeux pour pleurer, car la dame n’enlève même pas son soutif. Très grosse déception donc, tant au plan cinématographique qu’au rayon libido !
Lenny Barre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article