Giuliano Gemma (1938-2013)

Publié le par lefilmdujour

Giuliano Gemma (1938-2013)
Rendu célèbre avec les westerns-spaghettis et le rôle de Ringo, l'acteur italien Giuliano Gemma est décédé le 1er octobre 2013 dans un accident de la route. Il avait 75 ans.
Giuliano Gemma s’était fait remarquer au tout début des années 1960 dans le péplum italien. Héros blondinet, bondissant et rusé, on le repère sans problème au milieu des acteurs costauds et des culturistes musculeux (dont le français Serge Nubret) dans Les Titans (1961) de Duccio Tessari. Un réalisateur auquel le comédien italien resta fidèle tout au long d’une carrière cinématographique forte de 80 films.
Giuliano Gemma (1938-2013)

Michèle Mercier et Giuliano Gemma dans Merveilleuse Angélique (Borderie, 1964) (image : www.toutlecine.com)

Tout en enchaînant les péplums, Giuliano Gemma apparaît aussi en général garibaldien dans Le guépard (Visconti, 1962) et en jeune ami de Michèle Mercier au début d’Angélique, marquise des Anges (Borderie, 1964). Mais c’est avec le rôle de Ringo et sous le pseudonyme de Montgomery Wood que l’acteur accédera à la célébrité dans les westerns-spaghetti de Duccio Tessari, Un pistolet pour Ringo (1964) et surtout Le retour de Ringo (1965).
Giuliano Gemma (1938-2013)
De fait, Giuliano Gemma accompagnera toute l’évolution du western-spaghetti jusqu’en 1977 avec Adios California de Michele Lupo. On l’aura ainsi vu côtoyer Corinne Marchand dans Arizona Colt (Lupo, 1966), Sophie Daumier et Jacques Sernas dans Trois cavaliers pour Fort Yuma (Padget, 1966), Lee Van Cleef dans Le dernier jour de la vengeance (Valerii, 1967), Claudine Auger, Rita Hayworth et Klaus Kinski dans Le bâtard (Tessari, 1968), Mario Adorf dans Ciel de plomb (Petroni, 1968), Van Johnson dans Texas ! (Valerii, 1968), Tomas Milian et Eli Wallach dans Le blanc, le jaune et le noir (S. Corbucci, 1974).
Entre-temps, Giuliano Gemma avait eu le temps d’interpréter Robin des Bois dans La grande chevauchée de Robin des Bois (Ferroni, 1970), de tomber sous le charme de Senta Berger dans Quand les femmes avaient une queue (Festa Campanile, 1970), de partager l’affiche avec Bud Spencer dans Les anges mangent aussi des fayots (Clucher, 1972), de papouiller Stefania Sandrelli dans Un vrai crime d’amour (Comencini, 1973).
Giuliano Gemma (1938-2013)
Après 1974, à l’exception notable du Désert des Tartares (1976), chef-d’œuvre de Valerio Zurlini, la filmographie de Giuliano Gemma s’est un peu perdue dans les films de genre et la série B (pour ne pas dire Z). On notera quand même que l’acteur a tourné deux fois avec Ursula Andress, époque italienne (Africa Express, Lupo, 1975 ; Les sorciers de l’île aux singes, Tessari, 1976). Son interprétation du « préfet de fer » Cesare Mori luttant contre la Mafia dans les années 1920 dans L’affaire Mori (Squittieri, 1977) est également excellente.
En 1982, on le remarque encore en commissaire dans Ténèbres (1982) de Dario Argento. Trois ans plus tard, il joue dans Tex et le seigneur des abysses, un western aux relents fantastiques signé, une fois de plus, par Duccio Tessari. Tout en continuant à tourner dans les années 1990 et 2000, surtout pour la télévision, Giuliano Gemma se consacre aussi à la sculpture. En 2012, il avait fait une apparition en forme de clin d’œil dans To Rome With Love de Woody Allen.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article