Dean Jones (1931-2015)

Publié le par lefilmdujour

Dean Jones (1931-2015)
Immortalisé au cinéma pour son rôle de pilote de la fameuse Coccinelle dans plusieurs films et téléfilms de la série produite par Disney, l’acteur et chanteur américain Dean Jones est décédé le 1er septembre 2015 à l’âge de 84 ans.
Dean Jones avait débuté sa carrière cinématographique en 1956 par des rôles mineurs dans des films comme La femme modèle (Minnelli, 1956), Thé et sympathie (Minnelli, 1956) ou Marqué par la haine (Wise, 1956). Il joue par la suite un disc-jockey aux côtés d’Elvis Presley dans Le rock du bagne (Thorpe, 1957), un soldat face à Glenn Ford dans Le général casse-cou (Marshall, 1958), un militaire auprès de Frank Sinatra dans La proie des vautours (Sturges, 1959).
Dean Jones (1931-2015)

Dean Jones et Harley Mills dans L'espion aux pattes de velours

Au début des années 1960, Dean Jones fait ses débuts à Broadway et démarre parallèlement une carrière d’acteur de télévision. En 1963, il reprend à l’écran face à Jack Lemmon le rôle qu’il tenait sur les planches dans Oui ou non avant le mariage (Swift, 1963). C’est alors qu’il est embauché par les studios Disney qui lui confient le principal rôle masculin de deux comédies « animalières », L’espion aux pattes de velours (Stevenson, 1965) et Quatre bassets pour un danois (Tokar, 1965). Ces deux gros succès encouragent Disney qui réembauchent Dean Jones dans Singes, Go Home ! (McLaglen, 1966), Le fantôme de Barbe-Noire (Stevenson, 1967) et Le cheval aux sabots d’or (Tokar, 1968).
Dean Jones (1931-2015)

Dean Jones dans Un amour de Coccinelle (image : Disney)

Cette même année 1968, l’acteur interprète pour la première fois le personnage de Jim Douglas, le pilote d’une Coccinelle « pensante » et plutôt facétieuse, dans Un amour de Coccinelle (Stevenson, 1968), rôle qu’il reprendra dans La Coccinelle à Monte-Carlo (McEveety, 1977), la série TV de cinq épisodes Herbie, the Love Bug (1982) et le téléfilm Un nouveau départ pour la Coccinelle (1997).
On verra encore Dean Jones au cinéma dans d’autres productions Disney (La cane aux œufs d’or, McEveety, 1971 ; Trois étoiles, trente-six chandelles, Tokar, 1972 ; Un candidat au poil, Stevenson, 1976) puis, beaucoup plus tard, en patron de la société où travaille Gregory Peck dans Larry le liquidateur (Jewison, 1991) et en méchant vétérinaire dans Beethoven (Levant, 1992), clin d’œil à un acteur qui fut, dans sa carrière, toujours très ami avec les animaux !

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article