Rik Battaglia (1927-2015)

Publié le par lefilmdujour

Rik Battaglia (1927-2015)
Découvert en 1954 par le réalisateur Mario Soldati alors qu’il était barman et immédiatement propulsé face à Sophia Loren dans La fille du fleuve, l’acteur italien Rik Battaglia - qui a traversé tout le cinéma populaire italien des années 1950, 1960 et 1970 - est décédé le 27 mars 2015 à l’âge de 88 ans.
L’énorme succès de La fille du fleuve permit à Rik Battaglia d’accéder tout de suite à des premiers rôles dans des films à costumes face aux plus belles actrices italiennes du moment : Silva Koscina dans La muraille de feu (Bragaglia, 1957), Rossana Schiaffino dans Roland prince vaillant (Francisci, 1956), Chelo Alonso dans Les prisonniers de la tour (Costa, 1959), Gianna Maria Canale dans Le conquérant de l’Orient (Boccia, 1960) et Le lion de Saint-Marc (Capuano, 1963).
Rik Battaglia (1927-2015)

Sophia Loren et Rik Battaglia dans La fille du fleuve (Soldati, 1954) (image: www.cinema.de)

En 1960, il partage le haut de l’affiche de Ça s’est passé à Rome de Mauro Bolognini avec Jean Sorel, Léa Massari et Jeanne Valérie. Puis l’acteur fréquente les films antiques et les péplums : Annibal (Bragaglia, 1959), Esther et le roi (Walsh & Bava, 1960), Thésée et le Minotaure (Amadio, 1960), Sodome et Gomorrhe (Aldrich, 1961), Jules César, conquérant de la Gaule (Boccia, 1962), Cléopâtre, une reine pour César (Pierotti & Tourjansky, 1962)…
Rik Battaglia tâte aussi du western à l’européenne en jouant dans des coproductions allemandes (Les cavaliers rouges, Fregonese, 1963 ; Les mercenaires du Rio Grande, Siodmak, 1964 ; Viva Gringo, G. Marischka, 1965 ; Winnetou III, Reinl, 1965 ; Tonnerre sur la frontière, Vohrer, 1966 ; Le trésor de la vallée de la mort, Reinl, 1968) avant de glisser dans le western-spaghetti (Ringo ne devait pas mourir, Baldanello, 1967 ; Black Joe, Baldanello, 1968 ; Tire, Django, tire, B. Corbucci, 1968 ; Killer Amigo, Bianchini, 1970 ; La longue chevauchée de la vengeance, Boccia, 1972 ; Un génie, deux associés, une cloche, Damiani, 1975).
Rik Battaglia (1927-2015)

Rik Battaglia face à Pierre Brice dans l'un des films de la série Winnetou

En 1971, il est embauché par Sergio Leone pour jouer dans Il était une fois la révolution où il interprète le commandant de l’armée révolutionnaire mexicaine.
Plus tard, on l’aperçoit encore dans des films un tantinet olé-olé comme L’éveil des sens d’Emy Wong (Albertini, 1976) (avec la future Cicciolina…), Les déportées de la section spéciale SS (Di Silvestro, 1976) ou Emmanuelle et les collégiennes (Vari, 1977) (avec Laura Gemser)… En 1976, Rik Battaglia joue néanmoins le père de Liza Minnelli dans Nina, le dernier film réalisé par Vincente Minnelli.
Entraperçu en 1984 dans Liberté, égalité, choucroute de Jean Yanne, l’acteur avait mis un terme définitif en 1992 à une carrière cinématographique forte de près de 90 longs métrages.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article