Jesus Franco (1930-2013)

Publié le par lefilmdujour

Jesus Franco (1930-2013)
Réalisateur ibérique particulièrement prolifique (200 films environ), figure tutélaire du cinéma bis européen, aussi bien admiré que vilipendé, détenteur quand même d’un Goya d’honneur (équivalent espagnol du César d’honneur), le cinéaste Jesus Franco est décédé le 2 avril 2013 à l’âge de 82 ans.
Œuvrant sous une multitude de pseudonymes (si Jesus Franco est bien son vrai patronyme, il a signé des films sous les noms de Jess Franco, Clifford Brown, Betty Carter, Adolf M. Frank, Jess Frank, David Khune, Michael Thomas, Dave Tough ou Pablo Villa), Jesus Franco a pu s’enorgueillir d’une carrière unique par son éclectisme. Il a ainsi touché à presque tous les genres, de l'espionnage (Chasse à la mafia, 1964) au film d'aventures familial (Un capitaine de quinze ans, 1974), en passant par le film d'épouvante (Le sadique baron von Klaus, 1962), le film de vampires (Les nuits de Dracula, 1970), le film de prisons de femmes (L'amour dans les prisons de femmes, 1968, connu également sous le titre plus évocateur des Brûlantes...), le film d'horreur sadique du type mondo (sorte de faux documentaire) (Mondo Cannibale 4, 1980) et l’érotisme très poussé (Célestine bonne à tout faire, 1974).
Jesus Franco (1930-2013)

Lina Romay dans La comtesse aux seins nus de Jesus Franco

Tournant dans l'urgence et n'hésitant jamais à se lancer dans l'expérimental, Jesus Franco s’était vu consacré en 2008 un cycle par la Cinémathèque française. Y furent projetés une cinquantaine de films aux titres plus ou moins explicites comme La comtesse aux seins nus (1973), Vampiros Lesbos/Sexualité spéciale (1970), Lettres d'amour d'une nonne portugaise (1977), La partouze de minuit (1976), Dracula, prisonnier de Frankenstein (1971), Le cri d'amour de la déesse blonde (1977), La crypte des femmes maudites (2008), etc.
Dans 077 Opération Sexy (1962), le réalisateur de Deux espionnes avec un petit slip à fleurs (1980) et de Trois filles nues dans l’île de Robinson (1972) s'inspira du style qu'Orson Welles déployait dans La soif du mal (1958). Retour à l'envoyeur : le grand metteur en scène américain, qui remarqua le film de l'Espagnol ainsi que son Chasse à la mafia (1963), confia à Jesus Franco la direction de la seconde équipe de son Falstaff (Welles, 1965). L’Espagnol réalisa également en 1993 un montage des scènes tournées par Welles pour un Don Quichote inachevé).
Jesus Franco (1930-2013)

Stéphane Audran en mauvaise posture dans Les prédateurs de la nuit de Jesus Franco

Jesus Franco fit jouer des acteurs aussi célèbres qu'Eddie Constantine, Christopher Lee, Klaus Kinski, Mark Hamill (le Luke Skywalker de La guerre des étoiles), Mercedes McCambridge (la rivale de Joan Crawford dans le Johnny Guitar de Nicholas Ray), Maria Schell (la Gervaise du film éponyme de René Clément), Stéphane Audran, Telly Savalas, Helmut Berger et Brigitte Lahaie (tous quatre au générique des Prédateurs de la nuit, 1988, remake gore des Yeux sans visage de Georges Franju). Avec le suisse Howard Vernon, son acteur fétiche, Jesus Franco créa également le personnage du Docteur Orloff, certes moins célèbre que le Docteur Mabuse de Fritz Lang, mais tout aussi dément et pervers.
Jesus Franco avait eu la douleur de perdre le 15 février 2012 sa muse, compagne et égérie Lina Romay, disparue prématurément à l’âge de 57 ans. La divine créature avait rencontré le metteur en scène ibérique dans les années 70, quelque temps après le décès de Soledad Miranda, l’alors épouse et inspiratrice du réalisateur culte, disparue tragiquement en 1970 dans un accident de voiture à seulement 27 ans.
Lina Romay avait tourné dans un nombre incalculable de films dirigés par Jesus Franco, depuis La fille de Dracula et Les expériences érotiques de Frankenstein, tous deux sortis en 1972, jusqu’à Paula-Paula (2010), en passant par Célestine… bonne à tout faire, Les chatouilleuses (1975), Greta la tortionnaire (1977), La chute de la maison Usher (1982) ou Les prédateurs de la nuit. Le plus célèbre rôle de Lina Romay restera celui de La comtesse noire (1973), film connu également sous le nom de La comtesse aux seins nus

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article