Lewis Gilbert (1920-2018)

Publié le par lefilmdujour

Connu pour avoir signé trois James Bond (On ne vit que deux fois, 1967, avec Sean Connery ; L’espion qui m’aimait, 1977, et Moonraker, 1979, avec Roger Moore), le réalisateur britannique Lewis Gilbert est décédé le 23 février 2018 à l’âge de 97 ans.

Acteur enfant, il réalise pendant la Seconde Guerre mondiale des documentaires cinématographiques pour la RAF et démarre en 1947 une carrière de réalisateur de longs métrages de fiction qui l’amènera à signer une quarantaine de films dont plusieurs justement inspirés d’épisodes du conflit mondial comme Vainqueur du ciel (1956), Agent secret Sz. (1957) ou Coulez le Bismarck ! (1959).

A la même époque, on lui doit aussi des comédies « à l’anglaise » comme L’admirable Crichton (1957) avec Kenneth More et Diane Cilento, des films d’aventures exotiques comme Visa pour Hong Kong (1959) avec Orson Welles et Curd Jürgens, des drames maritimes comme Les mutinés du Téméraire (1961) avec Alec Guinness et Dirk Bogarde, des comédies sentimentales comme Un si bel été (1961) avec Danielle Darrieux.

Alfie le dragueur (1965) avec Michael Caine dans le rôle-titre lui permet de décrocher le Prix spécial du jury au festival de Cannes ainsi que des nominations à l’Oscar du meilleur film et au Golden Globe du meilleur réalisateur.

Après sa période James Bond (durant laquelle il tourna aussi des films plus intimistes dont deux avec l’actrice française Anicée Alvina), Lewis Gilbert signa encore L’éducation de Rita (1983) avec Michael Caine et Julie Walters, Shirley Valentine  (1989) avec Tom Conti et Pauline Collins, et Un amour de prof (a.k.a. Stepping Out) (1991) avec Liza Minnelli.  

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article