Roger Moore (1927-2017)

Publié le par lefilmdujour

Le plus prolifique de tous les acteurs ayant incarné James Bond à l’écran (sept films en 007), Roger Moore est décédé le 23 mai 2017 à l’âge de 89 ans. Longtemps figurant, Roger Moore fut acteur de second plan au cinéma dans les années 1950 (Mélodie interrompue, Curtis Bernhardt, 1955 ; Diane de Poitiers, 1955, David Miller ; Quand la terre brûle, 1959, Irving Rapper) avant d’obtenir quelques rôles en tête d’affiche dans des films comme Au péril de sa vie (1960) de Gordon Douglas ou L’enlèvement des Sabines (1961) de Richard Pottier (face à Mylène Demongeot).

Mais c’est en fait à la télévision que Roger Moore connaît la célébrité, d’abord en jouant Ivanhoé à la fin des années 1950, puis en incarnant le Saint, le célèbre personnage de Leslie Charteris, tout au long des années 1960, et enfin en se posant en très british Brett Sinclair, l’alter ego de Danny Wilde/Tony Curtis, dans Amicalement vôtre au début des années 1970. Lorsque Sean Connery en a assez de James Bond, Roger Moore prend la relève dans Vivre et laisser mourir (Hamilton, 1973), L’homme au pistolet d’or (Hamilton, 1974), L’espion qui m’aimait (Gilbert, 1977), Moonraker (Gilbert, 1979), Rien que pour vos yeux (Glen, 1981), Octopussy (Glen, 1983) et Dangereusement vôtre (Glen, 1985). Une période où la franchise James Bond s'essouffle quand même quelque peu...

Durant toute cette époque fort rémunératrice pour l'acteur, Roger Moore se contente généralement de jouer dans quelques films d’aventures ou de guerre de deuxième catégorie comme Les oies sauvages (McLaglen, 1977), Bons baisers d’Athènes (Cosmatos, 1979), Les loups de haute mer (McLaglen, 1979), Le commando de Sa Majesté (McLaglen, 1980)… On note aussi quelques excursions dans la comédie, là aussi plutôt de seconde zone (Le veinard, 1975, de Christopher Miles ; le sketch des Séducteurs, 1980, signé par Bryan Forbes ; L’équipée du Cannonball, 1981, de Hal Needham ; L’héritier de la Panthère rose, 1983, de Blake Edwards).

Finalement le plus grand rôle de Roger Moore, c’est lui qui le disait, c’est celui d'ambassadeur itinérant de l'Unicef pour le Fonds pour l'enfance des Nations unies, où il succéda en 1991 à Audrey Hepburn et pour lequel il fut anobli par la reine d’Angleterre.  

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article