Richard C. Sarafian (1930-2013)

Publié le par lefilmdujour

Richard C. Sarafian (1930-2013)
Réalisateur du fameux Point limite zéro (1971), film culte où un vétéran du Vietnam, ancien coureur automobile, tente de relier en moins de quinze heures Denver à San Francisco, le réalisateur américain Richard C. Sarafian est décédé le 18 septembre 2013 à l’âge de 83 ans.
Venu du documentaire et de la télévision, Richard Sarafian signa un petit western pour ses débuts au cinéma avant de conter avec Andy (1964) l’histoire d’un attardé mental de 45 ans. Après le thriller Le tunnel de la peur (1970) avec David Hemmings et la belle Gayle Hunnicutt, il livra donc Point limite zéro, « chronique de l’errance et de l’instabilité » et « allégorie de l’Amérique qui aveuglément court à sa perte » (50 ans de cinéma américain, Coursodon & Tavernier). Cette œuvre désormais classée au rang des films typiques du Nouvel Hollywood fut suivie d’un western atypique, Le convoi sauvage (1971), considéré comme l’un des meilleurs westerns de la décennie 1970. Le film est traversé d’images insolites dont un bateau à voiles monté sur roues et mené par son capitaine (John Huston himself) à travers un territoire indien pour gagner un fleuve. Une scène qui préfigure celle du Fitzcarraldo de Werner Herzog, tourné dix ans plus tard en Amazonie.
Richard C. Sarafian (1930-2013)
Si Richard Harris joue le héros du Convoi sauvage, c’est Burt Reynolds qui endosse le personnage principal du Fantôme de Cat Dancing (1973), autre western, moins original, signé Richard Sarafian. Par la suite, la carrière du réalisateur marqua le pas, Piège pour un homme seul (1976), mélodrame géopolitique avec Sean Connery, n’ayant pas trouvé son public, et Sunburn (1979), avec Farrah Fawcett et Joan Collins, n’étant qu’une comédie criminelle exotique (tournée à Acapulco). Les trois ou quatre films que tourna par la suite Richard Sarafian, délaissé par les producteurs, n’apparaissent du coup qu’anecdotiques à l’instar de Justicier malgré lui (1986) avec Gary Busey.
Richard Sarafian était le père du réalisateur Deran Sarafian à qui l’on doit un Van Damme (Coups pour coups, 1990), un Christophe Lambert (Deux doigts sur la gâchette, 1993), ainsi que Terminal Velocity (1994) avec Charlie Sheen et Nastassja Kinski.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CONAN77 21/09/2013 00:20

Merci , mais ça en VOSF , je l'ai déjà je recherche en version Française parlée !!!

CONAN77 19/09/2013 22:46

Point Limite ZERO , un de mes films préférés . Je ne l'ai jamais trouvé en version française .
Tu ne saurais pas si il existe !
Merci

lefilmdujour 20/09/2013 10:56



Il est passé il y a quelque temps sur une chaîne cinéma... en VOST !