Jacques Sernas (1925-2015)

Publié le par lefilmdujour

Jacques Sernas (1925-2015)
Né en Lituanie, Français d’éducation, acteur ayant fait l’essentiel de sa carrière en Italie, héros de péplums et quasi inconnu dans l’Hexagone, Jacques Sernas est décédé le 3 juillet 2015 à l’âge de 89 ans.
Né d’une mère russe et d’un père lituanien, Jacques Sernas arrive en France encore bébé. Engagé dans la Résistance à quinze ans (comme Charles Pasqua !), arrêté et déporté à Buchenwald de juillet 1944 à avril 1945, il débute sa carrière d’acteur en 1946 en interprétant un boxeur aux côtés de Jean Gabin dans Miroir (Lamy, 1946).
Prof de ski dans La révoltée (L’Herbier, 1947), à nouveau boxeur dans L’idole (Esway, 1947), Jacques Sernas est alors convoqué par le producteur italien Carlo Ponti. Il est retenu pour jouer aux côtés de Massimo Girotti dans Jeunesse Perdue (1947) de Pietro Germi. C’est le succès et l’acteur, blond aux yeux bleus, est alors demandé un peu partout. En l’espace de cinq ans, il joue dans une vingtaine de films dont plusieurs en tête d’affiche : Le moulin du Pô (Lattuada, 1948), Les mousquetaires de la mer (Bianchi, 1949), Le ciel est rouge (Gora, 1949), Le faucon rouge (Bragaglia, 1949), Le drame d’une vie (Calzavara, 1952), Les anges du faubourg (Borghesio, 1952), Les enfants ne sont pas à vendre (Bonnard, 1952), Les amants du péché (Grieco, 1953)…
Jacques Sernas (1925-2015)
En 1955, c’est le tournant de sa carrière. Jacques Sernas incarne Pâris face à Rossana Podesta dans Hélène de Troie de Robert Wise (photo ci-contre). Il devient une véritable vedette et se spécialise naturellement dans les films d’époque et les péplums. Jacques Sernas côtoie la sublime Belinda Lee dans Aphrodite, déesse de l’amour (Rivalta et Tourjansky, 1957) et Les nuits de Lucrèce Borgia (Grieco, 1959). Il tient le rôle principal de La parole est à l’épée (Grieco, 1958) face à Bella Darvi, film sur les amours contrariées de Pia de Tolomei, personnage de la Divine Comédie de Dante. A l’époque, l’aura de Jacques Sernas, devenu figure de la vie romaine, est telle en Italie que Federico Fellini lui confie quasiment son propre rôle dans la scène finale de La dolce vita (1959)…
Jacques Sernas (1925-2015)

Jacques Sernas, Steve Reeves et Virna Lisi dans Romulus et Remus (Corbucci, 1961)

En l’espace de trois ans, l’acteur joue dans Salammbô (Grieco, 1959), La reine des Barbares (Grieco, 1960), La bataille de Corinthe (Costa, 1961), Maciste contre le fantôme (Gentilomo et Corbucci, 1961), Romulus et Rémus (Corbucci, 1961), Le fils de Spartacus (Corbucci, 1962), Les Horaces et les Curiaces (Baldi, 1963)…
Mais la fin de l’âge d’or du péplum donne, comma à bien d’autres, un coup sévère à la carrière de Jacques Sernas. On le voit néanmoins dans quelques films d’aventures exotiques (Dernier avion pour Baalbek, Giannini et Fregonese, 1964), des comédies policières (Barbouze chérie, Forqué, 1966, avec Mireille Darc), des westerns (Trois cavaliers pour Fort Yuma, Ferroni, 1967)…
A partir des années 70, Jacques Sernas va essentiellement poursuivre sa carrière à la télévision italienne et ce jusqu’en 2006. Sur le grand écran, on l’apercevra encore dans de petits rôles comme, notamment, dans La peau (1981) de Liliana Cavani, face à Burt Lancaster, ou dans L’avare (Cervin 1989), avec Alberto Sordi dans le rôle-titre.

Publié dans Claps de fin

Commenter cet article