Gabriel Axel (1918-2014)

Publié le par lefilmdujour

Essentiellement connu en France pour Le festin de Babette (1987), adaptation cinématographique réussie d'une nouvelle de Karen Blixen avec Stéphane Audran en cuisinière au service de deux soeurs dans une petite communauté protestante et puritaine du Jutland, le cinéaste danois Gabriel Axel est décédé le 9 février 2014 à l'âge de 95 ans.

Réalisateur d'une vingtaine de longs métrages pour le grand écran et d'une cinquantaine de téléfilms (dont plusieurs pour la TV française dans les années 1970 et 1980), Gabriel Axel est à ce jour le seul cinéaste danois à avoir décroché un Oscar (du meilleur film étranger). C'était en 1988 pour Le festin de Babette.

Avant le succès planétaire du Festin, quelques films de Gabriel Axel avaient réussi à atteindre les écrans français. Ce fut le cas de La mante rouge (1966), récit épique à la Roméo et Juliette inscrit dans le cadre majestueux des fjords norvégiens au XIIe siècle. L'oeuvre obtint la mention spéciale de la Commission supérieure technique au festival de Cannes 1967. Gabriel Axel signa aussi quelques joyeusetés plus ou moins érotiques comme Le joujou chéri (1968), inspiré apparemment d'une lithographie du même nom colorée à la main de 1830, Rêves érotiques (1970) avec un casting français dans le volet hexagonal du film, ou Sexe motorisé (1971).

Après le Festin de Babette, Gabriel Axel avait encore livré trois autres longs métrages pour le cinéma : Christian (1989), périple d'un jeune Danois hippie en Europe et au Maroc, Le prince de Jutland (1994), adaptation d'un drame médiéval danois avec Gabriel Byrne, Helen Mirren et Christian Bale, et Leila (2000) avec Mélanie Doutey.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article