Jacques Rouffio (1928-2016)

Publié le par lefilmdujour

Jacques Rouffio (1928-2016)
Le réalisateur français Jacques Rouffio, à qui l’on doit Sept morts sur ordonnance (1975) avec Michel Piccoli, Gérard Depardieu Jane Birkin, Marina Vlady et Charles Vanel, ainsi que La passante du Sans-Souci (1981), le dernier film tourné par Romy Schneider, est décédé le 8 juillet 2016 à l’âge de 87 ans.
Jacques Rouffio avait été assistant-réalisateur tout au long des années 1950 et au début des années 1960 (pour des cinéastes comme Jean Delannoy, Henri Verneuil, Georges Franju, Jean-Pierre Mocky...) avant de passer à la mise en scène avec L’horizon (1966), qui, avec Jacques Perrin en jeune poilu, traite de la désertion en 1917 pendant la Première Guerre mondiale. L’échec du film le contraindra à attendre presque dix ans pour tourner son deuxième long métrage, Sept morts sur ordonnance, qui s'inspire d'un tragique fait divers : le suicide dans les années 1960 d'un chirurgien présentant des similitudes avec le suicide d'un autre de ses confrères survenu dans la même ville, à Reims, 15 ans auparavant...
Jacques Rouffio (1928-2016)
Jacques Rouffio filme ensuite Isabelle Adjani et Jacques Dutronc en couple bohème dans Violette et François (1976), puis signe, avec Le sucre (1978), une satire sur la spéculation boursière avec Gérard Depardieu et Jean Carmet, tous deux nommés au César de meilleur acteur pour leur rôle respectif.
Avec La passante du Sans-Souci, adaptation du roman du même nom de Joseph Kessel, Jacques Rouffio confronte à cinquante ans d’intervalle le passé (le début du régime nazi) et le présent, qui n’est jamais que le passé répété.
Pour le cinéma, Jacques Rouffio signera encore la comédie policière Mon beau-frère a tué ma sœur (1986) avec Juliette Binoche, Michel Piccoli et Michel Serrault, puis L’état de grâce (1986), histoire d’amour improbable (?) entre une patronne de choc et de droite (Nicole Garcia) et un secrétaire d’Etat socialiste (Sami Frey), et enfin L’orchestre rouge (1989), tiré du livre de Gilles Perrault et traitant du réseau d’espionnage soviétique mis en place en France, en Belgique et en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Publié dans Claps de fin

Commenter cet article