Steve Forrest (1924-2013)

Publié le par lefilmdujour

Steve Forrest (1924-2013)
Frère de la star des années 1940 et 1950 Dana Andrews (Laura, L’invraisemblable vérité, Rendez-vous avec la peur…), connu pour ses rôles dans de nombreuses séries TV (Alias le Baron dans les années 1960, Section 4, a.k.a. S.W.A.T., dans les années 1970, etc.), le comédien américain Steve Forrest, de son vrai nom William Forrest Andrews, est décédé le 18 mai 2013 à l’âge de 88 ans.
Steve Forrest (1924-2013)

Steve Forrest dans la série TV SWAT diffusée au milieu des années 70

Bien fait de sa personne, Steve Forrest est découvert par Gregory Peck alors qu’il travaille comme machiniste dans un théâtre. Engagé par les studios MGM, l’acteur en herbe débute dans de petits rôles, souvent non crédités aux génériques, avant de connaître un commencement de consécration en 1953 pour sa prestation dans Mon grand de Robert Wise, avec Sterling Hayden et Jane Wyman. Son jeu lui vaut même le Golden Globe de la révélation de l’année. Après le rôle du professeur Paul Dupin dans la mouture 1954 du Fantôme de la rue Morgue (d’après Edgar Allan Poe), version réalisée par Roy Del Ruth, on le retrouve dans Prisonnier de guerre (Marton, 1954) aux côtés de Ronald Reagan, puis dans le film noir Sur la trace du crime (Rowland, 1954) où il joue le frère de Robert Taylor.
Steve Forrest (1924-2013)

Steve Forrest entre Janet Leigh et Robert Taylor dans Sur la trace du crime (Rowland, 1954)

Steve Forrest est également aux génériques de la coproduction franco-américaine Boulevards de Paris (Leisen, 1955) et de l’exotique L’idole vivante (1956), dernier film réalisé pour le cinéma par Albert Lewin, cinéaste devenu culte grâce à Pandora (1951) et… Ava Gardner. On le voit encore auprès de Sophia Loren dans La diablesse au collant rose (Cukor, 1959), aux côtés d’Elvis Presley dans Les rôdeurs de la plaine (Siegel, 1960), face à Debbie Reynolds dans La farfelue de L’Arizona (V. Sherman, 1961).
Steve Forrest (1924-2013)

Elvis Presley et Steve Forrest dans Les rôdeurs de la plaine (Siegel, 1960)

Depuis le milieu des années 60, Steve Forrest tournait presque exclusivement pour la télévision.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article