Pierre Mondy (1925-2012)

Publié le par lefilmdujour

Pierre Mondy (1925-2012)
Après Jean Lefebvre et Pierre Tornade, la célèbre Septième compagnie a encore perdu l’un de ses membres. Interprète du sergent-chef Chaudard (et de son inénarrable nage à l'indienne) dans la trilogie de Robert Lamoureux, Pierre Mondy est décédé le 15 septembre 2012 à l’âge de 87 ans. Surtout réputé pour son travail de metteur en scène de théâtre (avec plus de 50 pièces à son actif, dont la fameuse "Cage aux folles" avec le duo Poiret-Serrault), Pierre Mondy avait joué dans près d’une centaine de films pour le grand écran.
Pierre Mondy (1925-2012)

Claudia Cardinale et Pierre Mondy dans Austerlitz (Gance, 1959) (image : www.toutlecine.com)

Formé au cours Simon à la fin des années 40, Pierre Mondy avait débuté à l’écran dans Rendez-vous de juillet (1949) de Jacques Becker, tout comme Maurice Ronet ou Jacques Fabbri. Sa filmographie s’était étoffée rapidement avec une quarantaine de longs métrages, pour la plupart oubliés, tournés entre 1950 et 1959, année où il s’illustre en incarnant Napoléon Bonaparte dans Austerlitz d’Abel Gance.
Dans les années 60, on le remarque en Caderousse, l’un des ennemis jurés d’Edmond Dantès/Louis Jourdan dans Le comte de Monte-Cristo (Autant-Lara, 1961), en Chourineur dans Les mystères de Paris (Hunebelle, 1962), en commissaire dans Compartiment tueurs (Costa-Gavras, 1964), en copain de Belmondo dans Week-end à Zuydcoote (Verneuil, 1964). Mais la comédie reste son genre de prédilection et Pierre Mondy travaille sous la direction d’Yves Robert (Bébert et l’omnibus, 1963 ; Les copains, 1964), Pierre Richard (Les malheurs d’Alfred, 1971), Robert Dhéry (Vos gueules, les mouettes, 1974) et Robert Lamoureux (Impossible pas français, 1974 ; la trilogie de la Septième compagnie en 1974, 1975 et 1976).
Pierre Mondy (1925-2012)

Pierre Mondy et Mireille Darc dans Le téléphone rose (Molinaro, 1975) (image : www.toulecine.com)

Pierre Mondy, qui avait réalisé en 1969 un film pour le grand écran (Appelez-moi Mathilde, avec Jacqueline Maillan dans le rôle-titre), versa aussi dans la comédie un tantinet romantique avec des premiers rôles face à Mireille Darc dans Le téléphone rose (Molinaro, 1975) et Si elle dit oui, je ne dis pas non (Vital, 1982), puis face à Clio Goldsmith dans Le cadeau (M. Lang, 1982). A l’écran, le comédien fut le mari d’Annie Girardot dans Vas-y maman (de Buron, 1978) et celui de Claudia Cardinale dans Le cadeau (encore). A la ville, Pierre Mondy s'était marié à quatre reprises, et toujours avec des comédiennes : Claude Gensac, Pascale Roberts, Annie Fournier (qui lui donnera ses deux enfants), et Catherine Allary, sa veuve.
Pierre Mondy s’était également illustré à la télévision. Il a notamment incarné le célèbre commissaire Cordier dans "Les Cordier, juge et flic" (61 téléfilms de 1992 à 2003), puis sa dérivée "Commissaire Cordier" (12 téléfilms de 2004 à 2006).

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article