Peter Carsten (1928-2012)

Publié le par lefilmdujour

Peter Carsten (1928-2012)
Spécialiste des rôles de militaires (et d’officiers nazis ou ex-nazis) et vu notamment aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans Tendre voyou (Jean Becker, 1966) et face à Roger Hanin dans Le tigre sort sans sa mère (Maffei, 1966), l’acteur allemand Peter Carsten est décédé le 20 avril 2012 à l’âge de 83 ans.
Entre 1953 et 1999, Peter Carsten a joué dans plus de 90 films pour le grand écran et écumé les plateaux allemands, italiens, britanniques et yougoslaves. Repéré en soldat allemand de la Seconde Guerre mondiale dans la trilogie à succès de Paul May 08/15 (1954-1955), l’acteur sera remarqué quelques années plus tard dans Les SS frappent la nuit (Siodmak, 1957) et Chiens, à vous de crever ! (Wisbar, 1958).
Peter Carsten enfilera encore l’uniforme dans Les chacals meurent à l’aube (May, 1970), Fabrique d’officiers SS (Wisbar, 1960), Sous dix drapeaux (Coletti, 1961) ou Zeppelin (E. Périer, 1971). Dans Le dernier train du Katanga (Cardiff, 1967) en ex-officier nazi immonde, Peter Carsten participe à une scène inoubliable où, face à Rod Taylor, il tente un usage non conventionnel de la tronçonneuse…
Peter Carsten (1928-2012)

Peter Carsten (deuxième à partir de la droite) dans 08/15 (1954) de Paul May (image : www.cinema.de)

Dans les années 60, l’acteur participa également à quelques westerns-spaghettis comme Mon nom est Pecos (Lucidi, 1966) ou Miss Dynamite (Sabato, 1971), mais, dans le genre, on retiendra surtout Et le vent apporta la violence (Margheriti, 1969) où il donne la réplique à Klaus Kinski. Au début des années 70, attiré par le nouveau cinéma yougoslave, Peter Carsten s’installa dans les Balkans et se produisit dans plusieurs productions à la gloire des partisans de Tito. L’acteur a terminé ses jours dans une petite bourgade slovène.
Peter Carsten dans "Le dernier train du Katanga" (Cardiff, 1967)

Peter Carsten dans "Le dernier train du Katanga" (Cardiff, 1967)

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article