Paul Walker (1973-2013)

Publié le par lefilmdujour

Paul Walker (1973-2013)
Héros aux côtés de Vin Diesel de cinq films (sur six) de la franchise Fast and Furious, l'acteur américain Paul Walker, qui était en train de tourner le septième volet de cette saga où il interprétait à l’origine un agent infiltré dans le milieu des courses automobiles clandestines, est décédé dans un accident de voiture le 30 novembre 2013 à l’âge de 40 ans.
Féru dans la vraie vie de sports mécaniques, Paul Walker rentrait d'une soirée de charité au bénéfice des victimes de l'ouragan Haiyan lorsque l'accident s'est produit. La Porsche Carrera dont il était le passager a heurté un arbre dans une rue d’une banlieue chic de Los Angeles. L'acteur et le conducteur sont morts sur le coup.
Paul Walker (1973-2013)
Paul Walker avait démarré sa carrière en 1986 d’abord à la télévision avant de percer sur grand écran à la fin des années 1990. Aux côtés de James Van Der Beek et de Jon Voight, il tient l’un des rôles d’American Boys (B. Robbins, 1999), film sur les dérives du sport universitaire, et joue les têtes d’affiche dans The Skulls : société secrète (2000) de Rob Cohen, réalisateur qui l’embarque dans la foulée dans l’aventure Fast and Furious (2001) avec le succès que l’on sait. Cette même année 2001, Paul Walker est aussi au générique d’Une virée en enfer, thriller de John Dahl plus ou moins inspiré du Duel de Steven Spielberg.
Paul Walker (1973-2013)
Entre 2 Fast 2 Furious (Singleton, 2003) et Fast and Furious 4 (Lin, 2009) (Paul Walker n’est pas du troisième volet), l’acteur a le temps de faire l’aller-retour vers le Moyen-âge dans l’assez moyen Prisonniers du temps (Donner, 2003), adaptation cinématographique d’un roman de Michael Crichton, d’exposer sa plastique impeccable aux côtés de celle, tout aussi parfaite, de Jessica Alba dans le film d’aventures nautique Bleu d’enfer (J. Stockwell, 2005) (photo ci-dessus), d’interpréter avec conviction un père de famille travaillant en cachette pour la mafia dans le très bon La peur au ventre (W. Kramer, 2006), d’enfiler la doudoune et de se faire léchouiller par des huskys dans Antartica, prisonniers du froid (F. Marshall, 2006) et de pointer au générique de Mémoires de nos pères (2006) de Clint Eastwood.
Quelques séries B pas sorties sur les écrans français plus tard, on le retrouvera dans les recettes éprouvées et sans surprises de Fast and Furious 5 (Lin, 2011) et Fast and Furious 6 (Lin, 2013). Paul Walker venait de terminer le tournage de deux autres longs-métrages, Hours d'Eric Heisserer, qui évoque l'ouragan Katrina, et Brick Mansions de Camille Delamarre, produit par Luc Besson. Fast and Furious 7, toujours en tournage, devrait quant à lui, sortir en 2014.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article