Nigel Davenport (1928-2013)

Publié le par lefilmdujour

Nigel Davenport (1928-2013)
Le britannique Nigel Davenport, qui joua le père de famille borgne soucieux d’éloigner sa communauté d’une Terre ravagée par la pollution dans Terre brûlée (1971) de Cornel Wilde et interpréta l’un des trois savants en butte à des fourmis prêtes à rompre l’ordre écologique jusqu’alors dominé par l’homme dans Phase IV (1974) de Saul Bass, est décédé le 25 octobre 2013 à l’âge de 85 ans.
Nigel Davenport (1928-2013)

Michael Caine et Nigel Davenport dans Enfants de salauds (De Toth, 1968) (image : www.toutlecine.com)

Après des études à Oxford, Nigel Davenport avait débuté sur les planches avant de jouer pour la première fois sur grand écran dans Les corps sauvages (Richardson, 1959). Mais ce n’est que vers la fin des années 1960 que l’acteur commença à se faire un nom au cinéma. Il interprète le duc de Norfolk, oncle d’Ann Boleyn, deuxième épouse du roi Henry VIII, dans Un homme pour l’éternité (Zinnemann, 1966), puis se glisse dans la peau d’un mercenaire sans foi ni loi auprès de Michael Caine dans Enfants de salauds (1968), film de guerre atypique du vétéran André De Toth. Chef de police lancé aux trousses d’un bandit écossais (John Hurt) dans la Grande-Bretagne du début du XIXème siècle dans Davey des grands chemins (1968) de John Huston, on le retrouve en chef de village dans La vallée perdue (1970) de James Clavell.
Nigel Davenport (1928-2013)
Impressionnant en humaniste confronté à la violence d’un monde quasi post-apocalyptique dans Terre brûlée (photo ci-contre), Nigel Davenport retrouve le film historique en jouant Lord Bothwell, amant puis troisième époux de Mary Stuart (Vanessa Redgrave), dans Mary Stuart, reine d’Ecosse (Jarrott, 1971).
Nigel Davenport (1928-2013)
Après un passage dans la savane de Nés pour être libres (Couffer, 1971), où en compagnie de Susan Hampshire il joue les protecteurs des lionceaux déjà à l’honneur dans Vivre libre (J. Hill, 1965), l’acteur renoue avec l’anticipation avec le désormais culte Phase IV, seule réalisation du célèbre créateur de génériques Saul Bass (photo ci-dessus). On le retrouve encore en chasseur de Dracula (Jack Palance) dans Dracula et ses femmes vampires (Curtis, 1974) et en associé du docteur Moreau (Burt Lancaster) dans la deuxième adaptation cinématographique du célèbre roman d’H.G. Wells, L’île du docteur Moreau.
Par la suite, Nigel Davenport s’orientera de plus en plus vers la télévision. On le repérera quand même dans de petits rôles dans Les chariots de feu (Hudson, 1980), Greystoke (Hudson, 1983) et Elémentaire, mon cher… Lock Holmes (Eberhardt, 1988).
L’un de ses enfants, Jack Davenport, joue le rôle de James Norrington dans la saga des Pirates des Caraïbes.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article