Monique Mélinand (1916-2012)

Publié le par lefilmdujour

Monique Mélinand (1916-2012)

Monique Mélinand dans Le sang à la tête (Grangier, 1956)

La comédienne française Monique Mélinand, qui fut la compagne de Louis Jouvet jusqu’à la mort du grand acteur en 1951, s’est éteinte le 16 mai 2012 à l’âge de 96 ans.
C’est à l’âge de vingt ans que Monique Mélinand avait poussé la porte du Théâtre de l'Athénée où officiait Louis Jouvet. Retenue après une audition convaincante, elle entama une très longue carrière théâtrale, dont quatorze années passées auprès du « patron », et ne quitta la scène qu’à la toute fin des années 1990.
Pour le cinéma, Monique Mélinand tourna dans une soixantaine de films en débutant véritablement dans Entrée des artistes (M. Allégret, 1938) où, élève – justement – de Jouvet, elle figure à ce titre dans sa classe de théâtre. On la revoit dix ans plus tard auprès de Jouvet dans Entre onze heures et minuit (Decoin, 1948), puis dans Lady Paname (1949), seul film réalisé par le dialoguiste Henri Jeanson. Monique Mélinand décroche un vrai premier rôle en 1952 dans La pocharde de Georges Combret où elle interprète une épouse soi-disant alcoolique et accusée d’empoisonnement. L’actrice joue encore les épouses dans deux adaptations de romans de Simenon : elle est la femme de Jean Gabin dans Le sang à la tête (Grangier, 1956), puis celle de Jean Desailly dans La mort de Belle (Molinaro, 1960).
Monique Mélinand (1916-2012)

Monique Mélinand face à Pierre Brasseur dans La pocharde (Combret, 1952) (image : www.toutlecine.com)

Dans les années 60, 70 et 80, Monique Mélinand enchaîne les rôles secondaires, mais on la repère en mère du jeune étudiant amoureux de sa professeur (Annie Girardot) dans Mourir d’aimer (1971) d’André Cayatte, en mère de famille atteinte d’un cancer et en fin de vie dans La gueule ouverte (1973) de Maurice Pialat, et en mère de Catherine Deneuve dans A nous deux (1979) de Claude Lelouch. Les années 90 sont essentiellement marquées par sa rencontre avec Raul Ruiz qui la dirige dans quatre films : Trois vies et une seule mort (1995), Généalogie d'un crime (1996), Le temps retrouvé (1998) et Les âmes fortes (2000). Sur grand écran, on a revu Monique Mélinand une dernière fois en religieuse dans Avril (2005) de Gérald Hustache-Mathieu.
Monique Mélinand fut, de 1952 à 1964, l'épouse du comédien Jean Martinelli, et par la suite, la compagne de l’acteur André Thorent.
Source : L'encinémathèque (www.encinematheque.fr)
Ci-dessous, un extrait de La gueule ouverte (Pialat, 1973) avec Philippe Léotard et Monique Mélinand :

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article