Luciano Martino (1933-2013)

Publié le par lefilmdujour

Luciano Martino (1933-2013)
Frère du cinéaste Sergio Martino, le scénariste, producteur (et occasionnellement réalisateur) Luciano Martino est décédé le 14 août 2013 d’un œdème pulmonaire. Il avait 79 ans.
Marié de 1971 à 1982 à l’actrice Edwige Fenech, icône incontournable des giallos et des sexys comédies à l’italienne des années 1970, Luciano Martino a produit (ou coproduit) plus d’une centaine de longs métrages, essentiellement des films de genre (péplums, westerns-spaghettis, giallos, polars urbains, sexy-comédies, mondo movies, films d’espionnage à la sauce européenne, etc.) entre le début des années 1960 et la fin des années 1980.
Luciano Martino (1933-2013)
Luciano Martino a notamment financé bon nombre des films de son frère (L’Amérique à nu, 1970 ; La queue du scorpion, 1971 ; La ville accuse, 1974 ; La montagne du dieu cannibale, 1978 ; Le continent des hommes-poissons, 1978 ; 2019 après la chute de New York, 1983) et notamment ceux tournés avec Edwige Fenech : L’étrange vice de Madame Wardh (1970), L’alliance invisible/Toutes les couleurs du vice (1971), L’escalade de l’horreur/Ton vice est une chambre close dont moi seul ai la clé (1972), Mademoiselle Cuisses Longues (1973), etc.
Avec le concours du producteur Mino Loy, Luciano Martino a lui-même cosigné Les espions meurent à Beyrouth (1964) avec Richard Harrison au générique, La mort paye en dollars (1965) et Flashman contre les hommes invisibles (1966), considéré comme le premier film de super-héros transalpin. On lui doit aussi le mondo Tous les vices du monde (1969), cosigné avec son frère Sergio, et la sexy-comédie Lâche-moi les jarretelles (1976) avec Edwige Fenech et Aldo Maccione. Un must évidemment !

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article