Les décès de décembre 2013

Publié le par lefilmdujour

Les décès de décembre 2013
Le mois de décembre 2013 a été particulièrement meurtrier pour le monde du cinéma. Le réalisateur français Edouard Molinaro, l'actrice italienne Rossana Podesta, les actrices américaines Eleanor Parker, Audrey Totter et Joan Fontaine, et l'acteur britannique Peter O'Toole nous ont quittés. Ont également disparu :
- le 8 décembre, l'actrice française Mado Maurin, à l'âge de 98 ans. Mado Maurin, qui joua de nombreux seconds rôles au cinéma, à la télévision et au théâtre, était la mère d'une fratrie de comédiens dont l'acteur Patrick Dewaere (1947-1982).
Les décès de décembre 2013
- le 12 décembre, l'acteur et réalisateur américain Tom Laughlin, à l'âge de 82 ans. Tom Laughlin est surtout connu pour la série de films caractéristiques de la contre-culture des années 1970 mettant en scène le personnage de Billy Jack, un sang-mêlé d'origine Navajo, ancien Béret vert, pratiquant d'arts martiaux et défenseur des opprimés : Le credo de la violence (1967), Billy Jack (1971), The Trial of Billy Jack (1974), Billy Jack Goes to Washington (1977).
- le 14 décembre, la journaliste, productrice et critique de cinéma France Roche, à l'âge de 92 ans. Au cours des années 1950, France Roche avait également joué dans une quinzaine de films tournés pour le grand écran.
- le 16 décembre, l'actrice et chanteuse espagnole Lolita Sevilla, à l'âge de 78 ans. Lolita Sevilla avait tenu le rôle principal féminin de Bienvenue M. Marshall (1952) de Luis Garcia Berlanga, Prix international du film de la bonne humeur (!) au Festival de Cannes 1953, long métrage qui raconte sur le ton d'une comédie ironique l'Espagne des années 1950 dans l'attente vaine (pour cause de dictature) de la modernité et du développement apportés par l'Amérique du Plan Marshall. Avec Luis Mariano et Danielle Godet, Lolita Sevilla partagea également l'affiche de L'aventurier de Séville (1953) de Ladislas Vajda.
- le 20 décembre, le réalisateur hongrois Gyula Maar, à l'âge de 79 ans. Marié à l'actrice Mari Töröcsik, qui tourna plusieurs films sous la direction de son mari, il permit à son épouse de décrocher en 1976 le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes pour sa prestation dans Où êtes-vous madame Déry ? (1975)
- le 26 décembre, l'actrice et soprano d'origine hongroise naturalisée américaine Marta Eggerth, à l'âge de 101 ans. A l'affiche de multiples longs métrages allemands et autrichiens dès le début des années 1930, Marta Eggerth rencontra en 1934 sur le tournage de la version allemande de Mon cœur t'appelle de Carmine Gallone le ténor polonais Jan Kiepura (1902-1966) qu'elle épousa en 1936. Elle tourna alors plusieurs films musicaux avec son époux et notamment Le charme de la bohème (Bolvary, 1937). Fuyant le nazisme, le couple se réfugia d'abord en France puis aux États-Unis. Marta Eggerth parvint alors à se faire engager à Hollywood et tourna aux côtés de Judy Garland dans deux comédies musicales : For me and my gal (Berkeley, 1942) et Lily Mars vedette (Taurog, 1943). Après la guerre, Marta Eggerth et Jan Kiepura se retrouvèrent encore à l'affiche de Mélodie d'amour (Gallone, 1947) et de Valse brillante (1949) du français Jean Boyer, puis tournèrent en Allemagne Le pays du sourire (Deppe & Ode, 1952), dernier film pour le cinéma de Jan Kiepura. L'actrice, quant à elle, apparut pour la dernière fois sur grand écran dans Menace sur Berlin (Rabenalt, 1957).

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article