Lenny Barre se marre : ...Comme la lune

Publié le par lefilmdujour

Lenny Barre se marre : ...Comme la lune
Joël Séria, 1977
Le générique du film n’a pas encore défilé que le héros de …Comme la lune (Jean-Pierre Marielle) se réveille dans son lit, prend un miroir, s’y mire, soulève les draps et regarde avec la plus grande satisfaction le reflet de son entrejambe dans la glace. Le spectateur soupire déjà d’aise, sûr d’assister à un grand moment de cinéma. Et on n’est pas déçu par le portrait hilarant de ce beauf vulgaire, réac, content de lui et, finalement, un peu con. Un rôle en or pour Marielle où l'acteur excelle, une fois de plus.
Dindon d’une farce dont il croit tirer les fils, notre héros navigue entre une épouse boulangère coincée, une maîtresse bouchère nymphomane (géniale Sophie Daumier) et une laideronne en mal d’amour (Dominique Lavanant, les nénés à l’air et en Playtex, vaut son pesant de pop-corn). Si vous pensez que la vulgarité à l’état pur ne peut pas faire rire (cf. les pitreries d’un Bigard), ...Comme la lune vous prouvera le contraire ! Ce n’est pas un Jean-Pierre Marielle en slip kangourou rouge (du genre qui tient chaud sous les bras) beuglant à sa maîtresse en plein strip-tease : "On est des gros dégueulasses, hein, mon bichon !" qui me démentira.
Lenny Barre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article