Le Film du jour n°31 : La grande Zorro

Publié le par lefilmdujour

Titre original : Zorro, the gay blade

Un film américain de Peter MEDAK (1981) avec George Hamilton, Lauren Hutton, Brenda Vaccaro...

Créé en 1919, le personnage de Zorro hanta les salles obscures dès l'année suivante grâce au Signe de Zorro de Fred Niblo, futur réalisateur de la version muette de Ben Hur. Dans le rôle-titre, un Douglas Fairbanks au top de sa forme. Vingt ans plus tard, le film eut droit à un remake mis en boîte par le vétéran Rouben Mamoulian. Considérée comme la meilleure jamais portée à l'écran - ce n'est pas le Zorro (1974) de Duccio Tessari joué par Alain Delon, ni Le masque de Zorro (Campbell, 1998) avec Antonio Banderas, qui ont pu remettre en cause ce jugement -, cette version vit le rôle du justicier masqué endossé par Tyrone Power. Énorme succès à l'époque, Le signe de Zorro dans sa mouture 1940 se voulait une riposte apportée par la Fox au Robin des Bois de la Warner, Tyrone Power étant alors présenté comme le grand concurrent d'Errol Flynn au rayon des bretteurs sans peur et sans reproche.

Le signe de Zorro (Mamoulian, 1940) est toujours considéré comme le meilleur Zorro au cinéma

Par la suite, Zorro connut de multiples aventures, tant au cinéma qu'à la télévision, où c'est Guy Williams qui s'y collait pour signer du fameux Z. De façon tout à fait improbable, le justicier a même rencontré D'Artagnan dans Zorro et les trois mousquetaires (Capuano, 1963) et le colosse de péplum Maciste dans Maciste contre Zorro (Lenzi, 1962) (il n'y a que les Italiens pour avoir des idées pareilles !). Notre homme a même été une femme (si, si) dans Zorro, le vengeur masqué (Bennett et Grissell, 1944) ! (rien ne vaut une femme masquée sachant manier le fouet, penseront les petits pervers...). Alors pourquoi pas un Zorro homo et efféminé, comme dans le Film du jour qui se veut une parodie du genre, on l'aura deviné !

La grande Zorro, l'histoire : Le jour où Don Diego de La Vega ne peut plus faire régner la justice lui-même parce qu'il s'est foulé la cheville (pauvre chéri...), il appelle son frère jumeau à la rescousse pour le remplacer. Petit problème, celui-ci est un homosexuel très efféminé... et son long séjour dans la Marine, censé le faire devenir "un homme, un vrai", ne l'a guère transformé (et pour cause : réécoutez "In the Navy" des Village People pour savoir ce que font les marins entre eux...). Le frérot accepte néanmoins le défi. A quelques conditions près. Sa tenue ne sera pas noire mais colorée (avec des teintes prune tout à fait seyantes), et il préférera déculotter ses ennemis plutôt que de les marquer du Z fatidique... Tout ça est de très bon goût, comme on peut le voir, et mérite tout juste un... Zorro pointé (ouaf ! ouaf !).

George Hamilton

Né en 1939 et toujours actif à la télévision, le toujours bronzé George Hamilton a débuté sa carrière cinématographique dans la catégorie jeune premier, rayon "beau brun ténébreux". Il fait des débuts remarqués chez Vincente Minnelli aux côtés de Robert Mitchum et George Peppard dans le flamboyant Celui par qui le scandale arrive (1960). Puis il escorte Lana Turner dans Par l'amour possédé (Sturges, 1961) et Cyd Charisse dans Quinze jours ailleurs (Minnelli, 1962). On le voit même batifoler avec Jeanne Moreau et Brigitte Bardot dans Viva Maria (1965) de Louis Malle.

Mais, en 1966, sa liaison avec la fille du président Lyndon Johnson (oui, celui qui a fait zigouiller Kennedy... tout du moins si l'on en croit Oliver Stone) crée un mini-scandale et met un coup d'arrêt à sa belle carrière sur grand écran. George Hamilton se réoriente donc tout naturellement vers la télévision. Ses apparitions au cinéma se limitent par la suite à de petits films ou à des parodies du type La grande Zorro ou Le vampire de ces dames (Dragoti, 1979). On l'aperçoit néanmoins en cardinal dans Le parrain III (1990) de Coppola et chez Woody Allen, dans Hollywood Ending (2002).

Lauren Hutton

Née en 1943, Lauren Hutton, également à l'affiche de La grande Zorro, doit son entrée dans le monde du cinéma à sa carrière de top-modèle (elle a fait 25 fois la couverture de Vogue, c'est pour dire...). Le cinéphile (ou l'amateur de jolies filles) averti l'aura repérée dans Un mariage (Altman, 1978), puis dans dans American Gigolo (Schrader, 1980) aux côtés de Richard Gere.

Son titre de gloire reste toutefois le personnage de Clotilde de Watteville dans Hécate, maîtresse de la nuit (1982), le film envoûtant du suisse Daniel Schmid, inspiré du roman homonyme de Paul Morand. Mystérieuse et perverse à souhait, elle y fait chavirer le cœur et l'esprit d'un Bernard Giraudeau, tout mou et tout faiblard devant la créature. Elle a aussi pointé aux génériques de plusieurs films français, et notamment dans Tout feu, tout flamme (Rappeneau, 1981) (avec Isabelle Adjani et Yves Montand) et dans Flagrant désir (Faraldo, 1986), où elle côtoie Marisa Berenson et Arielle Dombasle.

Publié dans Titres rigolos

Commenter cet article