Le Film du jour n°16 : Coup dur chez les mous

Publié le par lefilmdujour

Un film français de Jean LOUBIGNAC (1955) avec Henri Genès, Raymond Souplex, Jane Sourza...

Coup dur chez les mous (mouah, trop mort de rire !!!) est le dernier film signé par Jean Loubignac (1901-1991) qui fut d'abord rédacteur en chef de Pathé-Journal avant de s'atteler à la réalisation de longs métrages en 1938, avec un documentaire "romancé" (oui, ça existait déjà !) intitulé Sommes-nous défendus ? C'est en 1946 que Jean Loubignac signera son premier film de fiction, Le voleur se porte bien, avec Alerme et Jeanne-Fusier-Gir.

L'homme est passé à la postérité (ou presque...) pour la série des Piédalu, paysan débonnaire et faussement naïf interprété par Ded Rysel (1903-1975), plus connu pour sa carrière artistique au cabaret et à la radio : Piédalu à Paris (1951), Piédalu fait des miracles (1952) et Piédalu député (1953). Mais Jean Loubignac a également mis en scène Ah ! les belles bacchantes (1954), film où alternent joyeusement les sketches de la troupe des Branquignols (Robert Dhéry, Colette Brosset) et des défilés de jeunes femmes aux seins nus, pourchassées avec assiduité par un inspecteur de police interprété par un Louis de Funès quasi juvénile, moustachu et encore chevelu.

Un Louis de Funès chevelu et moustachu dans Ah ! Les belles bacchantes (Loubignac, 1954) (image : www.cinema-francais.fr)

Le scénario de Coup dur chez les mous est signé... Jean Guitton. Rassurez-vous, il ne s'agit pas du fameux philosophe chrétien et académicien, grand admirateur des stigmates hebdomadaires de Marthe Robin ! Non, ici, nous avons affaire à un tout autre Jean Guitton, personnalité qui a aussi commis les scénarios bien plus excitants de Ma tante d'Honfleur, Les maris de ma femme, On a trouvé une femme nue et Légère et court-vêtue ! Rien à voir donc.

Coup dur chez les mous, l'histoire : Brave représentant de commerce, Ernest échange par mégarde sa valise remplie de brosses à reluire contre celle de gangsters qui viennent de visiter une bijouterie. Pour Ernest, les ennuis commencent ! J'sais pas vous, mais moi, ça me donne vachement envie de connaître la suite !

Raymond Souplex, éternel commissaire Bourrel

Dans l'inconscient collectif, notre ami Raymond "Bon sang, mais c'est bien sûr !" Souplex (1901-1972) est associé ad vitam aeternam au commissaire Bourrel des Cinq dernières minutes. Brillant chansonnier, il a aussi été vedette du cabaret, de la radio et du théâtre. Sur les ondes, Raymond Souplex anima pendant plusieurs décennies l'émission humoristique Sur le banc, avec sa partenaire habituelle Jane Sourza. Il la retrouva d'ailleurs aussi dans l'adaptation sur grand écran de l'émission, réalisée en 1955 par Robert Vernay.

Au cinéma, Raymond Souplex n'a pas été vraiment gâté, entre Les Duraton (Berthomieu, 1955), Les pépées au service secret (André, 1955), Les carottes sont cuites (Vernay, 1956) et autres Bébés à gogo (Mesnier, 1955). Il a joué son propre rôle dans Les surprises de la radio (1940) et Au fil des ondes (1950) et endossé les oripeaux d'un personnage bien louche dans l'excellent Manon de Henri-Georges Clouzot (1949), d'après l'abbé Prévost.

Souvent réunis au théâtre et à l'écran, Raymond Souplex et Jane Sourza partagent l'affiche de "Sur le banc" (Vernay, 1955), adaptation de l'émission radiophonique du même nom

Publié dans Titres rigolos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article