Le Film du jour n°132 : L'infirmière a le bistouri facile

Publié le par lefilmdujour

Le Film du jour n°132 : L'infirmière a le bistouri facile
Titre original : La dottoressa ci sta col colonnello.
Un film italien de Michele Massimo TARANTINI (1981) avec Lino Banfi, Nadia Cassini, Alvaro Vitali, Malisa Longo...
Adeptes de la délicatesse des sentiments, parangons du bon goût et apôtres de la sensibilité, passez votre chemin. L'infirmière a le bistouri facile n'est pas un film pour vous ! Par contre, si vous aimez les sexy-comédies à l'italienne avec jolie(s) fille(s), mâles hideux et frustrés, situations scabreuses, gags lourdingues et humour pouet pouet, vous nagerez dans le bonheur à la vision de ce monument de finesse et de légèreté qu'est L'infirmière a le bistouri facile.
Michele Massimo Tarantini, le réalisateur de cette œuvrette transalpine, est un spécialiste du genre. C'est à lui qu'on doit des titres aussi évocateurs que La flic chez les poulets (1975), La toubib se recycle (1977), La prof connaît la musique (1978), La flic à la police des mœurs (1979) et Reste avec nous, on s'tire (1981), tous avec la sublime Edwige Fenech. Au rayon bien achalandé des sexy-comédies, Tarantini a également signé A nous les lycéennes (1975), avec la tout aussi sublime Gloria Guida, La prof du bahut (1976), La baigneuse fait des vagues (1980), film également connu sous le titre de La prof à la plage, et La Zézette plaît aux marins (1981).
Le Film du jour n°132 : L'infirmière a le bistouri facile

Lilli Carati dans La prof du bahut de Michele Massimo Tarantini (image : www.allocine.fr)

Mais notre réalisateur a fait également des incursions dans d'autres genres tout aussi pittoresques : le western-spaghetti mâtiné de kung-fu (Un homme appelé Karaté, 1973), les "poliziotteschi", ces polars à l'italienne très politiquement incorrects (MKS...118, 1976, avec Antonio Sabato, Ettore Manni, Henry Silva et la jolie Silvia Dionisio, héroïne d'Une jeune fille nommée Julien ; Calibre magnum pour l'inspecteur, 1979), le film de prisons de femmes (Femmes en cage/Prisons de femmes en furie, 1985) et le film de cannibales (Prisonnières de la vallée des dinosaures/Massacre dans la vallée des dinosaures, 1986) (lire aussi Les mémés cannibales). Bref, avec Michele Massimo Tarantini, on ne s'ennuie pas... si on n'est pas trop regardant sur la marchandise !
Le Film du jour n°132 : L'infirmière a le bistouri facile

Michele Massimo Tarantini (alias Michael E. Lemick) fit aussi dans le film de cannibales (image : www. fan-de-cinema.com)

L'infirmière a le bistouri facile, l'histoire : Le colonel (Lino Banfi) est amoureux de la craquante infirmière (Nadia Cassini) mais, peu confiant en sa virilité, il souhaite, avant de passer à l'acte proprement dit, se faire greffer le "service trois pièces" d'un garçon un peu simple d'esprit (Alvaro Vitali) que la nature a généreusement doté (le film est un modèle de finesse...). Une fois l'opération réalisée, arrive le moment fatidique... et le tant redouté phénomène de rejet de la greffe se produit ! Le don juan castrat n'a plus qu'à rejoindre les rangs de la chorale enfantine de son église...
Le Film du jour n°132 : L'infirmière a le bistouri facile

Alvaro Vitali (image : www.vivacinema.it)

Le Film du jour a déjà évoqué brièvement Alvaro Vitali, l'un des interprètes de L'infirmière a le bistouri facile (voir La Zézette plaît aux marins). Pas franchement adepte ni de la distanciation brechtienne ni de l'introspection façon Actors' Studio, le bonhomme vaut toutefois qu'on s'y attarde un peu.
Né en 1950 et doté d'un physique disons... "difficile" (1,50 m les bras levés, visage tout mou mais très expressif, gros nez qui pendouille, corps en forme de bouteille de Perrier, abdos Kronenbourg), Alvaro Vitali est un acteur récurrent de la sexy-comédie à l'italienne. Rehaussant par ses gesticulations la toute relative qualité de ce type de production, l'acteur excelle dans les rôles de l'ahuri de service, chargé de baver devant les appas d'Edwige Fenech, Gloria Guida, Nadia Cassini et autres Anna-Maria Rizzoli et amené à se manger des claques à longueur de films.
Le Film du jour n°132 : L'infirmière a le bistouri facile

Edwige Fenech et Alvaro Vitali, deux piliers de la sexy-comédie à l'italienne (image : www.encyclocine.com)

Outre ses prestations dans la quasi-totalité des sexy-comédies de Tarantini citées plus haut, on notera les interprétations tout en "délicatesse" d'Alvaro Vitali (plus cabotin, tu meurs...) dans des longs métrages comme Quatre zizis au garde-à-vous (Girolami, 1974), La prof donne des leçons particulières (Cicero, 1974), La prof et les farceurs de l'école mixte (Laurenti, 1976), La toubib aux grandes manœuvres (Cicero, 1977), La championne du collège (Carmineo, 1978), Le trou aux folles (Girolami, 1979), L'infirmière de l'hosto du régiment (Laurenti, 1979), La lycéenne séduit ses professeurs (Laurenti, 1979), Les lycéennes redoublent (Laurenti, 1979), La lycéenne fait de l'œil au proviseur (Laurenti, 1980), etc. (j'en passe et des meilleurs). Alvaro Vitali est également au générique de ce chef-d'œuvre de légèreté qu'est Plus moche que Frankenstein, tu meurs (Crispino, 1975).
Le Film du jour n°132 : L'infirmière a le bistouri facile

Alvaro Vitali tête d'affiche du Cancre du bahut (Girolami, 1981)

En fait, Alvaro Vitali avait commencé sa carrière à l'écran en 1969 dans le Satyricon de Fellini, réalisateur toujours en quête de faciès extraordinaires. Le metteur en scène italien fera à nouveau appel à lui pour Les clowns (1970), Fellini-Roma (1971) et Amarcord (1973). Alvaro Vitali joua également des silhouettes pour Polanski (Quoi ?, 1972) et Dino Risi (Rapt à l'italienne, 1973 ; Parfum de femme, 1974).
Après avoir multiplié les seconds rôles dans les sexy-comédies de 1975 à 1980, l'acteur accéda au haut de l'affiche en 1981 avec Le cancre du bahut (Girolami) où il endosse le personnage de Pierino, un cancre de la trempe de notre Toto national. Mais, pour Alvaro Vitali, cette consécration sonne le début de la fin car le filon s'épuise vite, d'autant que le cinéma populaire italien s'éteint de sa belle mort au milieu des années 1980, balayé par le succès des excellents spectacles télévisuels berlusconiens qui rivent les transalpins devant leur poste TV...
Ringardisé, l'acteur limite alors ses prestations au cinéma et se recycle au théâtre et à la télévision. Les années 2000 sont toutefois marquées par une réhabilitation des sexy-comédies ; les films ressortant en DVD, Alvaro Vitali connaît une nouvelle popularité. En 2005, la Cinémathèque française lui consacre même une soirée-hommage ! Elle est pas belle, la vie !

Publié dans Titres rigolos

Commenter cet article