La piqure de Sal Obscur : Le bienfaiteur

Publié le par lefilmdujour

La piqure de Sal Obscur : Le bienfaiteur
Henri Decoin, 1942
Avec un rôle à double facette, Raimu excelle dans Le bienfaiteur, titre quelque peu méconnu de la filmographie du grand acteur. Raimu est Monsieur Moulinet, un homme riche installé dans une petite bourgade poétiquement nommée Barfleur-sur-Oron. Toujours prêt à aider pécuniairement les plus fragiles et les plus démunis, notre homme cache son jeu. Il est aussi le chef d'un gang parisien particulièrement retors, activement recherché par la police qui le soupçonne d'avoir dévalisé une joaillerie.
C'est l'amour d'une capiteuse veuve (Suzy Prim) - à laquelle il offrira l'une des bagues volées - qui conduira notre homme à sa perte. On peut être un voyou intraitable et cacher un cœur gros comme ça, oui madame ! La fin du long métrage, étonnamment tragique alors que le ton du film (sur des dialogues assez savoureux d'Yves Mirande) est plutôt léger, permettra quand même à Monsieur Moulinet de rester à jamais le "bienfaiteur" de ses concitoyens.
Secondé par une pléiade d'acteurs formidables (Pierre Larquey, Yves Deniaud, Jacques Baumer, Alexandre Rignault, etc.), Raimu est extraordinaire, tour à tour inquiétant, énamouré, bienveillant, implacable, etc. On se souviendra que l'acteur, dans un registre beaucoup plus noir, avait interprété un rôle à deux visages quelque peu similaire dans L'étrange Monsieur Victor (1937) de Jean Grémillon.
Le spectateur attentif reconnaîtra dans un rôle fugace (la secrétaire du journal fondé par Yves Deniaud)... Simone Signoret. Non créditée au générique, l'actrice débutait en 1942 sa carrière cinématographique en accumulant les "silhouettes".
Sal Obscur
Le bienfaiteur est disponible en DVD chez René Chateau Vidéo.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article