La piqure de Sal Obscur : L'inconnue de Hong-Kong

Publié le par lefilmdujour

La piqure de Sal Obscur : L'inconnue de Hong-Kong
Jacques Poitrenaud, 1963
Le (petit) plaisir que l'on peut prendre à la vision de L'inconnue de Hong-Kong ne vient pas du scénario du film, d'une indigence frisant le néant et à la crédibilité quasi nulle. On y suit deux artistes (jouées par Dalida et la starlette Taïna Beryll), engagées pour pousser la chansonnette dans un cabaret de Hong-Kong et plongées malgré elles dans une vague histoire de trafic de diamants. Le film est tourné sur les lieux-mêmes de l'action, ce qui donne l'occasion au spectateur de découvrir une étonnante cité pas encore envahie par les buildings et les gratte-ciel (rien à voir donc avec la mégalopole vue dans les Largo Winch). Mais tous les Chinois croisés par nos deux héroïnes - jusqu'aux habitants des bas-fonds de la ville - parlent français. Ce qui facilite bien des choses, mais qui risque de chiffonner quelque peu même le plus crédule des pékins moyens...
Bref, l'intérêt de cet œuvrette réside essentiellement dans les chansons interprétées par une Dalida qui se voyait confier là un premier rôle dans un film français et qui, en tant qu'actrice, ne démérite pas, bien au contraire (la dame, disparue trop vite, est sans doute passée à côté d'une grande carrière au cinéma). Dans le tas, on retiendra deux chansons interprétées en duo, l'une avec Taïna Beryll ("Que la vie était jolie" dont le clip est visible dans l'article consacré à L'abominable homme des douanes), l'autre avec Serge Gainsbourg himself ("Rues de mon Paris").
L'auteur de "La javanaise" tient un rôle secondaire dans L'inconnue de Hong-Kong et joue un chef-d'orchestre de cabaret légèrement cynique, passablement alcoolo et gros dragueur qui a bien du mal à cacher aux deux héroïnes qu'il vit à la colle avec une Chinoise à la main de fer... Un des trop rares moments d'humour du film.
Sal Obscur
L'inconnue de Hong-Kong est disponible en DVD chez René Chateau Vidéo
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article