La piqure de Sal Obscur : L'étoile du destin

Publié le par lefilmdujour

La piqure de Sal Obscur : L'étoile du destin
Vincent Sherman, 1951
L'étoile du titre, c'est la fameuse étoile du drapeau texan et le film tente de nous intéresser aux luttes intestines précédant l'intégration (ou l'annexion) du Texas par les États-Unis en 1845. Pas super-folichon comme sujet. Mais comme l'histoire réunit à l'écran Clark Gable et Ava Gardner, on se dit que l'on va quand même passer un bon moment...
Le spectateur suit donc les pérégrinations d'un dénommé Devereaux Burke (Clark Gable) auquel le président des États-Unis de l'époque, un dénommé Andrew Jackson, confie la tâche de convaincre le Texas (et son homme-phare Sam Houston) de se rallier à la fédération plutôt que de s'allier au Mexique. Un politicien texan influent, flanqué d'une superbe petite copine (Ava Gardner) qui va - bien entendu - en pincer pour notre héros, tente de contrecarrer ces plans.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que le film est poussif et étriqué. Il y manque un souffle qui pourrait nous emmener dans cette histoire un peu confuse, qui s'avère quand même fondatrice pour la grande Histoire des États-Unis. Le réalisateur, apparemment, n'était pas l'homme de la situation. L'étoile du destin est d'ailleurs le seul "western" tourné par Vincent Sherman, plus à l'aise dans le mélodrame féminin avec des réussites indubitables (c'est mon côté midinette...) comme L'impossible amour et Femme aimée est toujours jolie avec l'inoubliable Bette Davis.
Ce western produit par la MGM semble aussi manquer de moyens avec quelques scènes en extérieur visiblement tournées devant des toiles peintes... Enfin, last but not least, l'alchimie ne prend pas vraiment entre un Clark Gable déjà vieillissant (50 ans au compteur) et une Ava Gardner qui commençait tout juste à se voir attribuer de très grands rôles (Pandora date de 1951, Mogambo sera tourné en 1953 et La comtesse aux pieds nus en 1954). Bref, un film qui n'apporte rien aux carrières de ces deux grands acteurs hollywoodiens.
Sal Obscur
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article