L'oeil de Crazy Bug : Thirst

Publié le par lefilmdujour

L'oeil de Crazy Bug : Thirst
PARK Chan-Wook, 2008, film sorti en salles le 30 septembre 2009
Où est passé le réalisateur qui nous avait fait vibrer avec Sympathy for Mr. Vengeance, Lady Vengeance et Old Boy, des films noirs et violents certes, mais pêchus et forts d’une mise en scène extrêmement brillante ? Le coréen Park Chan-Wook a décidément sacrément ramolli…
Prix du jury au festival de Cannes 2009, Thirst, histoire d’un prêtre qui prend le goût du sang après une transfusion, est un affreux gloubiboulga de christianisme mal digéré, de vampirisme crétinisant et de « Thérèse Raquin » aux petits bras (si, si, Thérèse Raquin, vous avez bien lu… rendez-nous Simone Signoret !). Un film où, passées les quinze premières minutes qui font illusion, le spectateur sombre dans l’ennui le plus total devant des scènes grotesques qui s’éternisent sans raison.
Et, quand le metteur en scène se veut comique (la mère qui renifle le pet de son fils pour déterminer sa maladie… j’en ai encore mal aux côtes…), on sombre dans le ridicule le plus achevé. Au bout d’une heure, la messe était dite et l’auteur de ces lignes a quitté la salle… sans regrets ni remords (aux dents…). Ne croyez pas les critiques (et les jurés de Cannes) qui se sont ébaubis devant cette purge. Fuyez !
Crazy Bug
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article