L'oeil de Crazy Bug : The Descent Part 2

Publié le par lefilmdujour

L'oeil de Crazy Bug : The Descent Part 2
Jon Harris, 2009, film sorti en salles le 14 octobre 2009
« Replongez au plus profond de l’horreur », adjure l’affiche de The Descent Part 2. Séduit au plus profond de mon être par The Descent, sorti dans nos contrées sauvages fin 2005, j’ai donc obéi à cet ordre immanent… Mal m’en a pris. La méfiance aurait dû être de mise, puisque la casquette de réalisateur a changé de tête entre le premier film et sa suite. Et ça, c’est très souvent mauvais signe, sauf lorsqu’on s’appelle James Cameron et qu’on succède à Ridley Scott dans la saga Alien.
Occupé par le tournage du péplum Centurion, l’excellent Neil Marshall a donc laissé sa place à un dénommé Jon Harris… qui se contente de refaire quasiment le même film. Voilà donc des spéléologues qui partent à la recherche de leurs consœurs disparues dans le premier volet et qui, à leur tour, se retrouvent coincés au fin fond des entrailles de la terre, puis assaillis par des « créatures » non seulement féroces mais, en plus, affamées…
Certes, ici, il y a des hommes : dans le premier volet, le casting était uniquement féminin, un gros « plus » par rapport aux films d’horreur habituels où ces demoiselles, nunuches ou abruties, sont là uniquement pour hurler et se faire étriper en couinant comme des cochonnes... Dans The Descent Part 2, ces messieurs, particulièrement galants, se font zigouiller et grignoter les premiers, car le sous-texte est identique à celui de The Descent (les filles, elles sont sévèrement burnées et n’ont pas besoin des mâles pour se sortir du pétrin).
Bref, l’angoisse et les effets de surprise de The Descent ont totalement disparu pour laisser place à un train-train pantouflard où le spectateur attend, entre deux grattages d’aisselle et avec plus ou moins d’impatience, la prochaine scène gore. Ah si, on apprend quand même une chose ! Les créatures, eh bien, elles font caca ! Si, si !
Crazy Bug
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article