L'oeil de Crazy Bug : Mort sur le Nil

Publié le par lefilmdujour

L'oeil de Crazy Bug : Mort sur le Nil
John Guillermin, 1978
Ah, les adaptations des romans policiers d'Agatha Christie sur grand écran ! On sait d'emblée que l'on évoluera entre personnes parfaitement éduquées (bien que meurtrières à leurs moments perdus) et que l'atmosphère sera délicieusement guindée et aussi amidonnée que la fameuse moustache d'Hercule Poirot...
C'est aussi l'occasion de renouer avec de vieilles gloires hollywoodiennes revenues, le temps d'un film, hanter en déambulateur les plateaux de cinéma... Dans Mort sur le Nil qui, comme le titre l'indique, se déroule en grande partie en Égypte, le cinéphile énamouré - éventuellement gérontophile - aura ainsi le plaisir de retrouver la grande Bette Davis (70 ans au moment du tournage), le très britannique David Niven (68 ans) et la pétulante Angela Lansbury (53 ans et pas encore internationalement reconnue via la série TV "Arabesque").
Côté belle plante, on est relativement bien servi avec la sexy Lois Chiles qui se hissera au rang envié de James Bond girl l'année suivante face à Roger Moore dans Moonraker. Quoique beaucoup plus virginale, Olivia Hussey - qui fut la Juliette du Roméo et Juliette de Zeffirelli et la mère de qui vous savez dans le Jésus de Nazareth du même réalisateur - n'est pas mal non plus. Le casting féminin est complété par les excellentes Jane Birkin (juste après Zidi), Mia Farrow (un peu avant Woody) et Maggie Smith (dix ans avant Sister Act).
Sans être un chef-d’œuvre, loin de là, Mort sur le Nil se suit sans ennui. Bon, c'est vrai qu'il faut apprécier les enquêtes policières tarabiscotées, résolues le derrière dans un fauteuil... Les paysages égyptiens et la faconde de Peter Ustinov en Hercule Poirot font beaucoup pour le charme du film. Sans atteindre la classe du Crime de l'Orient-Express de Sidney Lumet, Mort sur le Nil vaut le détour pour le casting all-star et son atmosphère nostalgique totalement surannée.
Crazy Bug
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article