L'oeil de Crazy Bug : Enter the Void

Publié le par lefilmdujour

L'oeil de Crazy Bug : Enter the Void
Gaspar Noé, 2009, film sorti en salles le 5 mai 2010
Une vraie claque ! Deux heures trente de pur spectacle et de vrai cinéma ! Deux heures trente qui passent comme par enchantement. Avec Enter the Void, Gaspar Noé a peut-être signé son grand œuvre... Seul contre tous et Irréversible étaient déjà très forts émotionnellement et visuellement. Mais le dernier film du réalisateur transcende ces deux premiers longs métrages et s'avère une expérience unique... irracontable. A vivre uniquement sur grand écran.
Enter the Void suit la trace d'un jeune dealer à Tokyo. Tué par la police, le jeune homme quitte son propre corps, revit un passé douloureux, tente de soutenir par-delà la mort sa sœur à laquelle il est très attaché. Tout s'entremêle dans un maelström de visions, de souvenirs, de trips sous hallucinogènes, d'effets numériques et sonores, de fantasmes.
On reconnaîtra ici ou là les influences de Brian de Palma (les travellings avec caméra dirigée vers le bas au-dessus des décors) et de Stanley Kubrick (les visions psychédéliques à la 2001, odyssée de l'espace). Sans éviter les scènes crues, voire très crues, en matière de sexe notamment, Gaspar Noé signe là un grand film organique sur la vie, l'amour, la mort, l'amour après la mort. Gaspar Noé, un très grand romantique ! Si, si !
Crazy Bug
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article