L'oeil de Crazy Bug : 127 heures

Publié le par lefilmdujour

L'oeil de Crazy Bug : 127 heures
Danny Boyle, 2010, film sorti en salles le 23 février 2011
Danny Boyle est-il le roi de l’esbroufe cinématographique ? Nous n'entrerons pas dans ce débat qui déchaîne les internautes... Toujours est-il qu'après le très surfait Slumdog Millionnaire (et je suis gentil), le réalisateur britannique revient à un cinéma disons plus "intimiste". Et pour cause : 127 heures nous fait partager les affres d'un amateur de performances sportives extrêmes, bloqué 127 heures (justement) au fin fond d'une faille d'un désert américain. Pourquoi bloqué me direz-vous ? Eh bien, figurez-vous qu'un rocher lui est tombé dessus et lui a coincé l'avant-bras. Cela paraît complètement absurde et pourtant c'est une histoire vraie.
127 heures ou comment réussir à scotcher le spectateur près d'une heure et demie devant un écran rempli par un seul personnage quasi immobile. En mêlant la réalité et les fantasmes, rêves, souvenirs, prémonitions et délires d'un héros condamné à la diète et à quelques gouttes d'eau pendant cinq jours, Danny Boyle parvient à maintenir un suspense réellement prenant. Certes, on est loin du tour de force de Buried, sorti quelques semaines plus tôt et intégralement tourné dans un cercueil... Mais chapeau quand même.
Il faut dire que James Franco (plus charismatique que lui, tu meurs) est l'interprète idéal du personnage qui "profite" de sa réclusion pour remettre en cause son mode de vie égoïste (normal, il n'a rien d'autre à faire...). Les expressions, les mimiques et l'implication de l'acteur sont les atouts majeurs de 127 heures, qui abuse quelque peu du procédé du split screen, pas forcément bienvenu dans ce genre de film.
Je ne vous raconterai pas la fin de l’œuvre mais sachez que, si vous n'avez pas le cœur bien accroché, vous serez obligés de fermer les yeux (il paraît même que certains ont même été obligés de quitter la salle). A noter, dans le petit rôle du père, l'excellent Treat Williams (Le prince de New York en 1981), pas vu au cinéma dans un film digne de ce nom depuis dix ans et Hollywood Ending de Woody Allen !
Crazy Bug
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article