Ingrid Pitt (1937-2010)

Publié le par lefilmdujour

Ingrid Pitt (1937-2010)
Deux rôles - mais quels rôles ! - ont suffi pour que l'actrice britannique Ingrid Pitt, décédée le 23 novembre 2010 à l'âge de 73 ans, hante à jamais les rêves sanglants des passionnés de vampirisme cinématographique. Vampire femelle aux tendances saphiques dans The Vampire Lovers (Roy Ward Baker, 1970) puis Comtesse Dracula dans le film du même nom signé en 1971 par Peter Sasdy, Ingrid Pitt fut sans conteste l'une des actrices phares du studio britannique Hammer, studio spécialisé dans l'épouvante sur grand écran.
Ingrid Pitt (1937-2010)

Ingrid Pitt dans The Vampire Lovers (Roy Ward Baker, 1970) (image : www.toutlecine.com)

A elle seule, la vie de l'actrice, née en 1937 à Treblinka (Pologne) dans une famille juive allemande, est déjà tout un film. Internée à cinq ans dans un camp de la mort nazi, elle survit au génocide. C'est sur les planches est-allemandes qu'Ingrid Pitt (de son vrai nom Ingoushka Petrov) faillit faire ses premiers pas de comédienne. "Faillit" car elle décida de fuir le régime communiste en se jetant le soir de la première dans la rivière Spree pour passer à l'Ouest. Comme les choses sont vachement bien faites tout de même, notre blonde héroïne fut repêchée par un GI américain qui... deviendra son mari !
Ingrid Pitt (1937-2010)

Ingrid Pitt dans Comtesse Dracula (Sasdy, 1971) (image : www.toutecine.com)

C'est en fait en Espagne au milieu des années 60 qu'Ingrid Pitt débute au cinéma et la belle en profite pour tourner deux petites panouilles non créditées dans deux célèbres films tournés en partie sur la péninsule ibérique: Falstaff (Orson Welles, 1965) et Docteur Jivago (David Lean, 1965). Son premier rôle important, elle le décroche en 1968 dans Quand les aigles attaquent (Brian G. Hutton, 1968), superproduction anglo-américaine avec Clint Eastwood et Richard Burton. Ingrid Pitt y joue un agent infiltré en Allemagne nazie répondant au doux nom de Heidi.
La suite appartient à l'histoire du cinéma d'épouvante. Engagée par la Hammer pour The Vampire Lovers, film inspiré du "Camilla" de Sheridan Le Fanu, elle enchaîne sur Comtesse Dracula, puis passe au studio concurrent Amicus pour le film à sketches La maison qui tue (Peter Duffell, 1970) où l'on retrouve aussi Christopher Lee et Peter Cushing (dans des segments différents toutefois).
Ingrid Pitt (1937-2010)

Ingrid Pitt dans La maison qui tue (Duffell, 1971) (image : www.toutlecine.com)

Par la suite, Ingrid Pitt, désormais élevée au rang d'icône gothique et sexy, fera beaucoup de télévision, reviendra au théâtre, se lancera dans l'écriture de romans, livrera des recueils de récits d'horreur et écrira son autobiographie. Tout en honorant régulièrement de sa présence les conventions de fans de films d'épouvante.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article