Hiromichi Horikawa (1916-2012)

Publié le par lefilmdujour

Hiromichi Horikawa (1916-2012)
La longévité japonaise n'est définitivement pas une légende. Le réalisateur nippon Hiromichi Horikawa, qui seconda Akira Kurosawa sur certains des premiers longs métrages du grand metteur en scène japonais, est décédé le 5 septembre 2012 à l'âge de 95 ans. Assistant réalisateur sur Le plus beau (1944), La nouvelle légende du grand judo (1945), Je ne regrette pas ma jeunesse (1946), Les sept samouraïs (1954) et Le château de l'araignée (1957), Hiromichi Horikawa avait signé lui-même une vingtaine de films pour le grand écran, pratiquement tous inconnus par chez nous.
Il avait toutefois réalisé l'un des cinq sketches des Plus belles escroqueries du monde (1963), les quatre autres étant à mettre au crédit de Jean-Luc Godard (Le faux monnayeur charitable ou le grand escroc, supprimé à l'exploitation, avec Jean Seberg et Charles Denner), Claude Chabrol (L'homme qui vendit la tour Eiffel, avec Catherine Deneuve, Francis Blanche et Jean-Pierre Cassel), Roman Polanski (La rivière de diamants) et Ugo Gregoretti (La feuille de route). Dans le segment intitulé Les cinq bienfaiteurs de Fumiko, il est question d'un dentier soi-disant en platine qu'une entraîneuse de bar vole à l'une de ses conquêtes, croyant par là-même pouvoir faire fortune. On a connu des sujets plus croustillants...

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article