Ciné glouglou n°15 : Requins d'acier

Publié le par lefilmdujour

Ciné glouglou n°15 : Requins d'acier
Archie Mayo, 1943
Ah le Technicolor ! Ça vous met toujours dans un état particulier. Je ne sais pas vous, mais moi ça me fait pardonner beaucoup de choses. Par exemple ce monologue de propagande final pour la Marine américaine, récité sans conviction par le père Tyrone Power (rappelons toutefois que le film fut tourné en 1943). Ou cette attaque mémorable d’une base nazie de trois mille hommes par un commando de six matelots peinturlurés en noir. Cela doit venir des couleurs. C’est si beau une scène de nuit en Technicolor…
Le pitch : le commandant Dewey Connors (Dana Andrews) et son second Ward Stewart (Tyrone Power) sont les meilleurs potes du monde et forment, pour tout dire, une équipe imbattable quand ils sont sous l’eau. Jusqu’au jour où ils s’aperçoivent qu’ils draguent la même nana.
Soyons juste, Requins d’acier ne se limite pas à de la propagande militaire. C’est un objet somme toute étrange, presque chimérique, qui mélange la comédie amoureuse potache (Tyrone Power, dans sa cour à Anne Baxter, y est aussi irrésistible qu’un Cary Grant) avec des scènes d’action commando, le tout, bien entendu, sous fond de ciné glouglou. Signalons une idée assez jolie. Le USS Corsair doit s’échapper d’une anse truffée de mines mais un obus détruit le périscope. Dana Andrews fait descendre son équipage et reste sur la dunette. Equipé d’un casque radio, quasiment totalement immergé, il joue le rôle du périscope en transmettant ses instructions à Tyrone Power. C’est maigre, certes, mais on fait avec ce qu’on a.
Le film nous présente en tout cas l’affrontement commandant/second sous un jour tout à fait original. Pour le reste, on dira que c’est appliqué, pas trop mal fait, et très mal joué. Mais bon, il n’y a que trois vrais acteurs et tout le monde il est beau et il est gentil (qui plus est vivant à la fin). Sauf ces gros lourdauds de casques à pointe.
Film à déconseiller à vos amis allemands, vous l’aurez compris.
Fab Free

Publié dans Ciné glouglou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article