Mila Parély (1917-2012)

Publié le par lefilmdujour

Mila Parély (1917-2012)
Celle qui faisait tourner la tête de Dalio dans La règle du jeu (1939) de Jean Renoir et qui incarnait la méchante sœur de Josette Day dans La belle et la bête (1945) de Jean Cocteau a définitivement déserté l'écran, quelque 60 ans après sa retraite prématurée des plateaux de cinéma. L'actrice française Mila Parély est décédée le 14 janvier 2012 à l'âge de 94 ans.
Mila Parély (1917-2012)

Jean Renoir et Mila Parély dans La règle du jeu (Renoir, 1939) (image : Collection AlloCiné/www.collectionchristophel.fr)

D'origine polonaise mais née à Paris, Mila Parély avait commencé sa carrière au cinéma à tout juste 15 ans et, dès 1934, elle jouait une jeune dactylo dans Liliom, le film tourné par Fritz Lang en France, juste avant le départ du cinéaste pour les États-Unis.
D'une beauté qu'Olivier Barrot et Raymond Chirat qualifie "d'extrêmement moderne" (Noir & Blanc), l'actrice se spécialisa rapidement dans les rôles de séductrices quelque peu perverses. Elle est vénéneuse à souhait face à Michel Simon et Arletty dans Circonstances atténuantes (Boyer, 1939), joue une capitaine de girls perfide dans Le drame de Shanghai (Pabst, 1938), ruine le fils de Monsieur des Lourdines dans le film du même nom signé en 1942 par Pierre de Hérain (le gendre du maréchal Pétain) et se pose en maîtresse malveillante de Fernand Ledoux dans Le lit à colonnes (Tual, 1942). Mila Parély n'en enfile pas moins l'uniforme religieux dans Les anges du péché (1943) de Robert Bresson.
Mila Parély (1917-2012)

Gabrielle Fontan et Mila Parély dans Destins (Pottier, 1946)

Après la guerre, l'actrice, qui mène également une belle carrière au théâtre, se voit de moins en moins sollicitée par le cinéma. En 1952, elle est encore une pensionnaire magnifique de la Maison Tellier, maison de plaisir dirigée de main de maître par Danielle Darrieux dans Le plaisir de Max Ophüls. Cette même année 1952, Mila Parély décide pourtant de mettre un terme à sa carrière pour se consacrer à son mari, le coureur automobile Thomas Mathieson.
Épousé en 1947, celui-ci venait en effet d'être grièvement blessé dans un très grave accident. Après des séjours en Angleterre et au Portugal, le couple se fixe à Vichy où Mila Parély, nous apprend le site www.lesgensducinema.com, vécut jusqu'à la fin. L'actrice fit d'ailleurs une dernière apparition sur grand écran en 1989 dans Comédie d'été de Daniel Vigne, film dont les extérieurs furent tournés dans les environs de la station thermale.
Ajoutons que le pouvoir de séduction de Mila Parély était immense. Dans ses mémoires, Dalio confie en effet que Jean Renoir était tombé sous le charme de la belle créature pendant le tournage de La règle du jeu. Jean Marais lui-même proposa le mariage à Mila Parély afin d'avoir un enfant de la jeune femme. La chose ne se fit pas mais les deux comédiens nouèrent une amitié indéfectible qui dura jusqu'à la mort de Jean Marais en 1998.
Ci-dessous, un extrait de Mission à Tanger (Hunebelle, 1949) avec Mila Parély, Raymond Rouleau et Louis de Funès :

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article