Robbe de Hert (1942-2020)

Publié le par lefilmdujour

Considéré comme « l’enfant terrible du cinéma flamand », le réalisateur Robbe De Hert, qui connut un grand succès public avec De Witte (1979), chronique de l’enfance où sont évoquées les conditions de vie misérables dans la Flandre du début du XXe siècle, est décédé le 24 août 2020 à l’âge de 77 ans.

Après plusieurs courts métrages et documentaires, il est reconnu par la profession avec La Mort d’un homme-sandwich (1971), moyen métrage où il choisit de dénoncer l'exploitation publicitaire et politique de la mort d'un cycliste. Son premier long métrage, Camera sutra (1973), est un mélange - comme ses précédents films - d'images d'archives, de reportage et de fiction. Virulent critique de la société, il réalise ensuite le documentaire Le Filet américain (1981) pour s'attaquer à l'économie capitaliste.

Dans De Witte, adaptation du roman du même nom de l'écrivain belge Ernest Claes dont l'histoire peut être rapprochée de celle de Poil de carotte, Robbe de Hert dénonce l'exploitation des ouvriers agricoles par les possédants et le rôle politique réactionnaire de l'Église. Durant les années 1980 et 1990, il signe plusieurs fictions, dont la comédie Gaston et Léo (1983), la satire Blueberry Hill (1989), où il évoque sa jeunesse scolaire, le thriller Trouble in paradise (1989), le film Gaston’s War (1997), inspiré de l’histoire vraie d’un résistant flamand face aux nazis... Robbe de Hert avait consacré son dernier travail, un documentaire, sur l’histoire du cinéma flamand.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article