Rhonda Fleming (1922-2020)

Publié le par lefilmdujour

Sculpturale beauté rousse magnifiée par le Technicolor, l’actrice américaine Rhonda Fleming est décédée le 14 octobre 2020 à l’âge de 97 ans.

Devenue vedette grâce à Un Yankee à la cour du roi Arthur (1947) de Tay Garnett où elle est une princesse médiévale face à un Bing Crosby propulsé 1 400 ans en arrière, Rhonda Fleming devient femme pirate aux côtés de Sterling Hayden dans Le Faucon d’or (Salkow, 1952) et incarne Cléopâtre (avec une perruque brune) dans Le Serpent du Nil (1953) de William Castle.

Rhonda Fleming et Burt Lancaster dans Règlements de comptes à OK Corral (1956)

Les westerns, même de série B, lui vont bien. Elle côtoie John Payne dans L’Aigle et le vautour (1950) de Lewis Foster, Glenn Ford dans Tête d’or et tête de bois (1950) de Leslie Fenton, Ronald Reagan dans Le Dernier Bastion (1951) du même Foster, Charlton Heston dans Le Triomphe de Buffalo Bill (1953) de Jerry Hopper, Robert Ryan dans La Piste fatale (1953) de Roy Ward Baker. Elle retrouve John Payne et Ronald Reagan dans Le Mariage est pour demain (1955) d’Allan Dwan et se glisse entre Burt Lancaster et Kirk Douglas dans Règlements de comptes à OK Corral (1956) de John Sturges.

Arlene Dahl et Rhonda Fleming dans Deux rouquines dans la bagarre (1955)

Rhonda Fleming s’est aussi exprimée avec bonheur dans le film noir et ce dans deux grandes réussites. Dans Deux rouquines dans la bagarre (1955) d’Allan Dwan, elle forme avec Arlene Dahl (toujours de notre monde) un duo de beautés rousses impliquées dans des affaires criminelles. Dans La Cinquième victime (1955) de Fritz Lang, elle est l’épouse infidèle du propriétaire de journaux incarné par Vincent Price.

L’année 1955 est un peu le sommet de la carrière cinématographique de Rhonda Fleming qui mettra un terme quasi définitif à sa carrière cinématographique au milieu de la décennie 1960.

On retiendra de ces dernières années d’activité sur grand écran le western Terreur dans la vallée (Rowland, 1957) avec Stewart Granger, le drame psychologique Retour avant la nuit (Le Roy, 1958) où elle est la sœur de lait de Jean Simmons, et Les Prisonniers du ciel (Pevney, 1960), tragédie aérienne où elle est la femme infidèle d’un pilote d’avion joué par Efrem Zimbalist Jr. Le spectateur attentif et fan des films de Hitchcock avait pu repérer Rhonda Fleming dès 1945 dans La Maison du docteur Edwards où elle n’est autre que la patiente nymphomane du docteur incarné par Ingrid Bergman, qui hante furtivement les rêves de Gregory Peck…

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article