Goran Paskaljević (1947-2020)

Publié le par lefilmdujour

Réalisateur franco-serbe connu notamment pour Traitement spécial (1980), film présenté en compétition au festival de Cannes, et Baril de poudre (1998), prix Fipresci à la Mostra de Venise, Goran Paskaljević est décédé le 25 septembre 2020 à l’âge de 73 ans.

Goran Paskaljević faisait partie des metteurs en scène qui ont donné au cinéma yougoslave son heure de gloire dans les années 1970, à l’instar de Dusan Makavejev, Aleksandar Petrović ou Goran Marković.

Il avait tourné plusieurs courts métrages et une trentaine de documentaires pour la télévision quand il réalise son premier long métrage en 1976. En 1980, Traitement spécial s'intéresse aux dérives des cures de désintoxication des alcooliques dans les pays de l’Est. C’est l’histoire d’un médecin qui a conçu un traitement de telle sorte que son tempérament de tyran puisse s’exprimer librement. Ange gardien (1986) traite d’un journaliste qui enquête sur le trafic d’enfants tziganes en Yougoslavie. Présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, la comédie noire Le Temps des miracles (1989) se passe à la fin de la Seconde guerre mondiale au moment où les troupes de Tito prennent le pouvoir et où s’opposent deux visions, le christianisme et le communisme.

Baril de poudre (1998) est son film le plus célébré avec son approche des conflits ethniques dans l’ex-Yougoslavie. « On ressort de là moulu, d'autant que l'on peut se murmurer que cette ville d'apocalypse n'est pas si loin de la nôtre, et que l'anarchie et la violence qui y règnent (...) sont (...) peut-être déjà à nos portes ! », écrivait de façon prémonitoire Les Échos il y a plus de vingt ans… La Partition inachevée (2012), Le dernier film de Goran Paskaljević diffusé sur les écrans français, avait reçu le Prix du public au festival du cinéma européen indépendant des Arcs.

A noter que le réalisateur avait fait tourner Karl Malden dans Le Crépuscule (1982), Tom Conti et Maria Casarès dans L’Amérique des autres (1995), prix du public à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, Cillian Murphy dans Mon cher ennemi (2001).

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article