Jiri Menzel (1938-2020)

Publié le par lefilmdujour

Réalisateur tchèque oscarisé pour son premier long métrage, Trains étroitement surveillés (1966), et représentant de la Nouvelle Vague tchécoslovaque au même titre que Milos Forman, Vera Chytilova, Ivan Passer ou Jan Nemec, Jiri Menzel est décédé le 5 septembre 2020 à l’âge de 82 ans.

Jiri Menzel, qui est aussi acteur, est d’abord assistant de Vera Chytilova avant de passer à la réalisation de courts puis de longs métrages. Couronné par l’Oscar du meilleur film étranger, Trains étroitement surveillés est un film sur la Seconde Guerre mondiale vue d’un quai de gare. « Comédie sexuelle et satire sociale, c’est l’histoire d’un sous-chef de gare plus préoccupé de perdre sa virginité que de soutenir l’Ordre nouveau de Hitler », écrit Tim Evans dans 501 réalisateurs (éditions Omnibus).

Jiri Menzel signe ensuite Un été capricieux (1967), sous-titré "Libertinage et rhumatisme", puis un drame réaliste Alouettes, le fil à la patte (1969) qui met en scène des prisonniers dans un dépôt de ferraille. L’anticommunisme du réalisateur lui vaut des ennuis et le film, interdit, ne sortira qu’en 1990 mais il obtiendra l’Ours d’or au festival de Berlin.

Jiri Menzel ne reprend la caméra qu’au milieu des années 1970 pour Celui qui cherche l’or (1974) qu’il reniera en raison des circonstances du tournage sous l’oppression.

Le réalisateur obtient une nouvelle nomination à l’Oscar du meilleur film étranger pour la satire Mon cher petit village (1985). Un Oscar finalement remporté par L’Assaut (1986), un film néerlandais de Fons Rademakers.

Vu comme acteur dans La Petite apocalypse (1992) de Costa-Gavras aux côtés de Pierre Arditi et André Dussolier, Jiri Menzel livrera encore plusieurs longs métrages dont Les Aventures d’Ivan Tchonkine (1994), sélectionné au festival de Venise, et Moi qui ai servi le roi d’Angleterre (2006).   

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article