Alan Parker (1944-2020)

Publié le par lefilmdujour

Midnight Express (1977), Fame (1980) et Pink Floyd The Wall (1982), c’était lui. Birdy (1984) et Angel Heart (1986), aussi. Cinq films qui ont marqué une génération. Le réalisateur britannique Alan Parker est décédé le 31 juillet 2020 à l’âge de 76 ans.

Issu du milieu de la publicité, Alan Parker avait signé son premier long métrage pour le grand écran en 1976 avec Bugsy Malone, parodie de films de gangsters au casting intégralement constitué d’enfants dont Jodie Foster. Son deuxième film, Midnight Express, histoire d’un Américain (Brad Davis) condamné à trente ans de prison en Turquie pour trafic de haschisch, décroche deux Oscar, celui du meilleur scénario (pour Oliver Stone) et celui de la meilleure musique (composée par Giorgio Moroder).

Ses deux œuvres suivantes seront placées sous la signe de la musique. Fame, également deux fois oscarisé (meilleure partition originale et meilleure chanson originale pour Out Here on My Own, interprétée par Irene Cara), suit huit élèves pendant leur formation dans une célèbre école artistique de New York. Pink Floyd The Wall est une adaptation visuelle impressionnante de l’album conceptuel The Wall du célèbre groupe, avec Bob Geldolf.

Alan Parker a également réuni Diane Keaton et Albert Finney dans le drame intimiste L’Usure du temps (1982), Matthew Modine et Nicolas Cage dans Birdy, histoire de deux vétérans de la guerre du Vietnam dont l’un poursuit le rêve de voler (Grand Prix spécial du jury à Cannes), Mickey Rourke et Robert de Niro dans Angel Heart, film noir teinté de vaudou et de surnaturel.

Les films suivants du réalisateur sont plus engagés, notamment contre les ségrégations, mais rencontrent moins de succès à l’instar de Mississippi Burning (1988) avec Willem Dafoe et Gene Hackman, et de Bienvenue au paradis (1989) avec Dennis Quaid.

Les années 1990 sont marquées par un retour aux thèmes musicaux avec The Commitments (1991), qui s’intéresse à quelques jeunes chômeurs irlandais qui fondent un groupe de musique soul, et Evita (1996), adaptation pour le grand écran de la comédie musicale de Tim Rice et Anfrew Lloyd Webber avec Madonna dans le rôle-titre.

On doit aussi à Alan Parker Aux bons soins du docteur Kellogg (1994), adaptation du roman homonyme de T.C. Boyle avec Anthony Hopkins, Les Cendres d’Angela (1999), adaptation du roman autobiographique de Frank McCourt avec Robert Carlyle et Emily Watson, et La Vie de David Gale (2002), drame politique qui traite de la peine de mort aux Etats-Unis avec Kevin Spacey et Kate Winslet.

Alan Parker avait été nommé deux fois à l’Oscar du meilleur réalisateur (pour Midnight Express et Mississippi Burning) et avait reçu par deux fois le BAFTA (l'équivalent britannique de l’Oscar) du meilleur réalisateur, pour Midnight Express et The Commitments.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article