Suzy Delair (1917-2020)

Publié le par lefilmdujour

Elle avait été la Jenny Lamour qui chantait d'un air canaille "Avec mon tralala" dans Quai des orfèvres (1947) d’Henri-Georges Clouzot. Elle avait été aussi la femme de Victor Pivert (Louis de Funès) dans Les Aventures de Rabbi Jacob (1973) de Gérard Oury. L'actrice et chanteuse française Suzy Delair est décédée le 15 mars 2020 à l'âge de 102 ans.

Suzy Delair savait tout faire, jouer, chanter, danser. Présente dès les années 1930 dans des opérettes filmées comme Dédé (Guissart, 1934) et Prends la route (Boyer, 1936) ou des comédies où l’on pousse aussi la chansonnette (La Crise est finie, Siodmak, 1934), Suzy Delair doit une bonne part de sa notoriété à sa rencontre avec Henri-Georges Clouzot dont elle partage alors la vie. Celui-ci écrit le scénario du Dernier des six (Lacombe, 1941), adaptation d’un roman policier du Belge Stanislas André Steeman où elle est la chanteuse Mila Malou, pétulante compagne du commissaire Wens, incarné par Pierre Fresnay. Un rôle qu’elle reprend dans une « suite », L’Assassin habite au 21 (1942), signé cette fois-ci par Clouzot lui-même.

Suzy Delair et Bernard Blier dans Quai des orfèvres (1947)

La consécration est là et elle tourne peu après sous la direction de Marcel L’Herbier dans La Vie de bohême, mais le film ne sortira qu’après la fin de la guerre.

Suspendue quelques mois pour des comportements « embarrassants » pendant l’Occupation, Suzy Delair enchaîne ensuite les succès et les œuvres dignes d’estime : Copie conforme (Dréville, 1946) avec Louis Jouvet, Quai des orfèvres, avec Jouvet encore et Bernard Blier, Par la fenêtre (Grangier, 1947) avec Bourvil, Pattes blanches (Grémillon, 1948) avec Fernand Ledoux, Lady Paname (Jeanson, 1949), Souvenirs perdus (Christian-Jaque, 1950).

Dans les années 1950, elle tourne Atoll K (Joannon, 1950) avec Laurel et Hardy dans leur dernier film, Le Fil à la patte (Lefranc, 1954) d’après Georges Feydeau, Gervaise (Clément, 1955) d’après Zola, où elle reçoit une fessée inoubliable infligée par Maria Schell.

Suzy Delair travaille aussi avec Claude Autant-Lara (Les Régates de San Francisco, 1959) et Luchino Visconti (Rocco et ses frères, 1960, où elle est la patronne de la blanchisserie qui succombe aux charmes de Renato Salvatori).

Elle disparaît du grand écran dans les années 1960 (pour se consacrer au théâtre et à l’opérette) et ne réapparaît qu’aux côtés de Louis de Funès dans Les Aventures de Rabbi Jacob, où elle remplace en fait Claude Gensac, malade au moment du tournage, et une dernière fois dans Oublie-moi Mandoline (Wyn, 1975). Les téléspectateurs avaient revu Suzy Delair sur le petit écran dans les années 1980, notamment dans la minisérie L’Âge vermeil (1984) aux côtés de quelques autres grandes dames du cinéma comme Renée Faure et Danielle Darrieux.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Shana 19/03/2020 18:04

J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo) Au plaisir.