Max von Sydow (1929-2020)

Publié le par lefilmdujour

Il avait joué aux échecs contre la Mort dans Le Septième sceau (1956) du réalisateur Ingmar Bergman. Le 8 mars 2020, il a définitivement perdu face à la grande Faucheuse. D'origine suédoise et naturalisé français, l'acteur bergmanien par excellence Max von Sydow est décédé à l'âge de 90 ans.

Le comédien est révélé par les films qu’il tourne en Suède sous la direction d’Ingmar Bergman. Après Le Septième sceau, il enchaîne avec le maître suédois Au seuil de la vie (1957), Les Fraises sauvages (1957), Le Visage (1958), La Source (1958), A travers le miroir (1961) et Les Communiants (1962).

Hollywood lui fait alors jouer Jésus dans le pensum qu’est La Plus grande histoire jamais contée (1965) de George Stevens (photo ci-contre), piédestal qui lui ouvre une carrière internationale.

Tout en continuant d’incarner l’alter ego de Bergman dans des œuvres de plus en plus dépouillées (L’heure du loup, 1966 ; La Honte, 1967 ; Une passion, 1968…), Max von Sydow joue alors les personnages inquiétants dans des films d’espionnage et des thrillers comme Le Secret du rapport Quiller (Anderson, 1966), La Lettre du Kremlin (Huston, 1969), Les Trois jours du Condor (Pollack, 1975), Cadavres exquis (Rosi, 1975), La Cible étoilée (Hough, 1978).

En 1973, l’acteur entre de manière indélébile dans l’imaginaire des spectateurs en père Lankester Merrin, le vieux prêtre exorciste de L’Exorciste de William Friedkin (photo ci-contre). Un rôle qu’il reprendra dans L’Exorciste 2 : L’Hérétique (1977) de John Boorman.

A partir des années 1980, Max Von Sydow alterne les rôles dans des œuvres suédoises primées (Pelle le conquérant, 1987, et Les Meilleures intentions, 1991, de Bille August, récompensées toutes deux par des Palmes d’or à Cannes) et des seconds rôles marquants dans des œuvres plus abordables et destinées à un large public comme l’empereur Ming dans Flash Gordon (Hodges, 1980) (photo ci-dessus), le roi Osric dans Conan le barbare (Milius, 1981), le chef du SPECTRE Blofeld dans Jamais plus jamais (Kershner, 1983)…

Il travaille aussi avec Bertrand Tavernier (La Mort en direct, 1979), David Lynch (Dune, 1983), Woody Allen (Hannah et ses sœurs, 1986), Wim Wenders (Jusqu’au bout du monde, 1991), Lars von Trier (Europa, 1991), Dario Argento (Le Sang des innocents, 2001), Steven Spielberg (Minority Report, 2002) et Martin Scorsese (Shutter Island, 2009) (photo ci-contre).

Ces dernières années, on a encore vu Max von Sydow dans la série TV Les Tudor et Game of Thrones ainsi que dans la saga Star Wars (Le Réveil de la force, J.-J. Abrams, 2014). L’acteur avait été nommé deux fois à l’Oscar, pour le meilleur acteur dans Pelle le conquérant, pour le meilleur acteur dans un second rôle dans Extrêmement fort et incroyablement près (Daldry, 2011). Sa dernière apparition sur grand écran était en amiral russe dans Kursk (Vinterberg, 2017), sorti en France fin 2018.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article