Danny Aiello (1933-2019)

Publié le par lefilmdujour

Italo-américain originaire du Bronx devenu acteur sur le tard, nommé à l’Oscar du meilleur second rôle pour sa prestation de propriétaire de pizzeria dans un quartier noir de Brooklyn dans Do The Right Thing (1989) de Spike Lee (photo ci-dessous), le comédien Danny Aiello est décédé le 12 décembre 2019 à l’âge de 86 ans.

Crédité dans une soixantaine de longs métrages tournés pour le cinéma, Danny Aiello débute sa carrière sur grand écran en 1973 dans Le Dernier match de John Hancock avec au générique un certain Robert de Niro. Pendant les quinze ans qui suivent, il enchaîne les rôles de flics, de brutes, de ratés, de mauvais garçons, de mecs ordinaires dans tous les genres de films.

Au cours de cette période, on citera notamment celui du flic new-yorkais raciste dans Le Policeman (Petrie, 1980) avec Paul Newman et celui du chef de police Aiello (ça ne s’invente pas) dont se joue Robert de Niro dans Il était une fois en Amérique (1983) de Sergio Leone (photo ci-dessus). Danny Aiello travaille également avec Woody Allen. Il est le mari chômeur de Mia Farrow dans La Rose pourpre du Caire (1985) et figure aux génériques de Broadway Danny Rose (1983) et Radio Days (1987).

Cette même année 1987, il marque les esprits en cassant un peu son image en jouant le fiancé de Cher et le frère de Nicholas Cage dans Eclair de lune de Norman Jewison. Après son rôle dans Do the Right Thing, Danny Aiello va enchaîner une trentaine de rôles en une décennie aussi bien au cinéma qu’à la télévision. Il est l’ami chiropracteur du vétéran de la guerre du Vietnam traumatisé Tim Robbins dans L’Echelle de Jacob (1990) d’Adrian Lyne, le chef de famille et époux de Gena Rowlands dans Ce cher intrus (1990) de Lasse Hallström (photo ci-dessus), l’assassin de Lee Harvey Oswald Jack Ruby dans Ruby (1992) de John MacKenzie, le pourvoyeur de contrats pour le tueur à gages Jean Reno dans Léon (1993) de Luc Besson, un parrain de la mafia dans Two Much (Trueba, 1995), un ponte de la politique lié au gangstérisme dans City Hall (1995) de Harold Becker.

Dans les années 2000, les films marquants s’étaient faits plus rares, Danny Aiello menant en parallèle une carrière de chanteur. Il avait incarné le père de Madonna dans le clip Papa Don’t Preach.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article