Sylvia Miles (1924-2019)

Publié le par lefilmdujour

(Getty Images)

Deux fois nommée à l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour des prestations courtes mais particulièrement marquantes, d’abord dans Macadam Cowboy (1969) de John Schlesinger, puis dans Adieu ma jolie (1975) de Dick Richards, l’actrice américaine Sylvia Miles est décédée le 12 juin 2019 à l’âge de 94 ans.

Sortie de l’Actors Studio, Sylvia Miles avait démarré sa carrière d’actrice sur les planches en 1947 puis à la télévision en 1954. Avant de jouer dans Macadam Cowboy (et seulement six minutes !) Cass, la première conquête de l’apprenti gigolo Joe Buck (Jon Voight), une femme mûre de Park Avenue qui ne le paiera pas mais au contraire lui soutirera de l’argent (photo ci-dessus), Sylvia Miles avait été vue sur grand écran dans Crime société anonyme (Balaban & Rosenberg, 1960), La Soif de la jeunesse (Daves, 1961) et Violences dans la nuit (Hiliard, 1964).

En 1971, alors qu’elle est déjà une figure de la vie nocturne new-yorkaise, elle tourne sous la direction de Paul Morrissey Heat, une production d’Andy Warhol qui se veut un pastiche de Boulevard du crépuscule de Billy Wilder, où elle incarne une ex-starlette déchue de Hollywood qui tente de raviver la carrière d’acteur d’un ex-enfant star devenu prostitué (Joe Dallesandro).

A l’affiche de l’expérimental The Last Movie (1971) de Dennis Hopper, un film dont l’échec amorça l’exil virtuel d'une dizaine d'années de l’acteur-réalisateur loin de Hollywood, Sylvia Miles apparaît (huit minutes cette fois !) face à Robert Mitchum (dans le rôle du privé Philip Marlowe) dans Adieu ma jolie, adaptation de l’œuvre éponyme de Raymond Chandler. Une prestation ébouriffante qui lui vaut une seconde nomination à l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

Parmi les autres longs métrages tournés pour le cinéma par l’actrice, on citera La Sentinelle des maudits (1976) de Michael Winner, Massacres dans le train fantôme (1980) de Tobe Hooper et Meurtre au soleil (Hamilton, 1981), adaptation d’un roman d’Agatha Christie avec Peter Ustinov en Hercule Poirot (photo ci-dessus).

Dans Wall Street (1987) d’Oliver Stone, Sylvia Miles incarne un agent immobilier, rôle qu’elle reprendra dans Wall Street, l’argent ne dort jamais en 2009, sa dernière apparition sur grand écran. Elle avait aussi été la mère du personnage joué par Mery Streep dans She-Devil, la diable (1989) de Susan Seidelman.      

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article