John Singleton (1968-2019)

Publié le par lefilmdujour

Révélé dès son premier long métrage, Boyz’n The Hood (1991), plongée dans la vie d’un ghetto noir de Los Angeles qui assit la popularité de Laurence Fishburne, Ice Cube, Cuba Gooding Jr et Angela Bassett, le réalisateur américain John Singleton est décédé le 29 avril 2019 à l’âge de 51 ans des suites d’un AVC.

 

Boyz’n The Hood avait valu à John Singleton une nomination à l’Oscar du meilleur réalisateur. Il avait été le premier Afro-Américain à recevoir cette reconnaissance et chipé à Orson Welles le titre de plus jeune cinéaste à être nommé dans cette catégorie (24 ans pour Singleton contre 26 ans pour Welles).

 

En 1992, John Singleton dirige Eddie Murphy et le basketteur Magic Johnson dans le clip Remember The Time de Michael Jackson, puis tente de retrouver (en vain) le succès critique et commercial de Boyz’n The Hood en tournant Poetic Justice (1993) avec la chanteuse Janet Jackson et le rappeur Tupac Shakur, puis Fièvre à Columbus University (1995) avec Omar Epps (qui jouera plus tard le docteur Eric Foreman dans la série TV Dr House). Il enchaîne sur un autre film où la question raciale est centrale, Rosewood (1997), avec Ving Rhames et Jon Voight, qui revient sur le massacre de nombreux Afro-Américains en 1923 à Rosewood en Floride.

 

John Singleton accepte alors de mettre en boîte le remake de Shaft, perle de la blaxploitation tournée en 1971 avec Richard Roundtree. Dans la version 1999, Samuel L. Jackson succède à Roundtree dans le rôle du fameux flic noir aux méthodes peu orthodoxes.

 

Après un retour à la case indépendante pour Baby Boy (2001) avec le chanteur de R’n’B Tyrese Gibson, le réalisateur revient vers un cinéma plus commercial en signant 2 Fast 2 Furious (2002), suite de Fast and Furious (Cohen, 2001) avec Paul Walker, Tyrese Gibson et Eva Mendes, puis le film policier Quatre frères (2004) avec Mark Wahlberg, Tyrese Gibson, André Benjamin et Garrett Hedlund. *

 

Devenu producteur de longs métrages indépendants, notamment ceux de Craig Brewer (Hustle and Flow, 2005 ; Black Snake Moan, 2006), John Singleton ne reviendra à la réalisation d’un long métrage pour le cinéma qu’en 2010 pour le film d’action Identité secrète, censé mettre en valeur Taylor Lautner, venu de la saga Twilight.

 

Dans les années 2010, le réalisateur s’était tourné vers la télévision et s’était largement impliqué dans la création et la production de la série TV Snowfall qui revient sur le trafic de drogue dans le Los Angeles des années 1980 sur fond d’inégalités raciales.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article